Découverte du TabletPC de Compaq (Partie 2)

| 0 Commentaires

Cet article est téléchargeable au format ebook Microsoft reader pour PocketPC, tabletPC et Windows classique.
Pour le télécharger, cliquez ici (219 Ko non zippé)

TabletPC Compaq TC1000, le retour de la vengeance !

Après quelques semaines d’utilisation professionnelle et personnelle de ma machine, je peux maintenant vous livrer mes impressions de manière beaucoup plus objective. Il est d’ailleurs à noter que, ayant eu de gros soucis avec mon PC de bureau pendant environ un mois, ma tablette a fait office d’ordinateur principal de substitution. J’ai donc eu tout le loisir de voir ce qu’elle avait réellement dans le ventre !

{mospagebreak title=1.Contenant :}

1.Contenant :

Mes impressions lors de la découverte du Compaq était excellente… Je ne suis toujours pas déçu. L’ensemble bénéficie vraiment d’une excellente qualité de fabrication. La charnière rotative de la liaison écran-clavier n’a pas pris une once de jeu, et l’indexation est toujours ferme et précise. L’écran en verre trempé le protège très efficacement des rayures : il en est toujours vierge, alors qu’à utilisation moindre et dans le même laps de temps, j’avais déjà marqué mon pocket pc. Comme lorsque l’on écrit, on a tendance à prendre appui avec la main sur l’écran, on le salit; avantage donc de cet écran, on peut l’essuyer sans autres précautions. Petit bémol cependant : Au bout de 3 semaines, un des ergots présent sur la clavier (qui vient s’indexer au dos de l’écran lorsque la tablette est en position fermée) a sauté, pour une raison que j’ignore. Cela ne gène en rien la tenue de l’ensemble dans ladite position, mais étant un peu maniaque, cela m’a très très très (très fortement perturbé !

A l’utilisation, le poids du TC1000 est tout à fait raisonnable lorsque débarrassé de son clavier. On le manipule très facilement. D’autant plus que les boutons de raccourcis sont idéalement placés, en particulier le jog-dial, très pratique lors de la lecture de documents. Son encombrement est évidement réduit, à peine plus grand qu’un feuille A4. J’aurai aimé pouvoir comparer avec les derniers « AluBook » 12′ d’apple, si l’un d’entre vous en possède un, n’hésitez pas à me l’envoyer ! (Nous rappelons à nos aimables lecteurs que les pièces envoyées ne vous seront pas retournées… )

L’ordinateur ne chauffe pas exagérément, on peut l’utiliser comme livre sur ses genoux (au lit… Le pied, sauf pour votre chère et tendre :). Par contre, à pleine puissance, le ventilateur se met très vite en marche, et s’avère plutôt bruyant. Un peu gênant en réunion… J’ai pu lire dans le forum que la portée wireless des cartes intégrées se rapproche plutôt du bluetooth. Je n’ai pas de points de comparaisons, mais je trouve que la couverture est plutôt bonne. J’arrive à me connecter à l’extérieur de ma maison qui a des murs en pisé de 80cm d’épaisseur. Cela fait une distance d’environ 15-20 m. Suffisant, pour mon utilisation en tous cas, tout du moins pour l’accès internet et aux fichiers de petites tailles, parce que sinon, je trouve que le wifi… C’est lent !

Au niveau autonomie, le Compaq fait bonne figure comparativement à mon « vieux » presario. Il tient environ 3H30 à pleine puissance (réglée par powermizer, utilitaire intégré) avec Wifi activé, contre 2H00 pour mon présario avec puissance réduite (PIII Mobility) et adaptateur wifi usb non branché bien sûr (1H20 avec !). Très satisfaisant, j’aurai du mal maintenant à revenir avec un portable qui tiendrait moins…

Toujours côté hardware, deux petits regrets… Le stylet n’est pas sensible à la pression. Pour tous les travaux de bureautique cela n’a aucune incidence, mais avec un soft type Alias sketchbook, on se sent un peu frustré de ne pas pouvoir exploiter à fond le concept. D’autre part, la dalle de l’écran, de part son numériseur probablement, présente une brillance un peu désagréable lors de la visualisation d’image. On s’en accomode en fait assez facilement, mais il n’aurait pas été objectif de le passer sous silence.

{mospagebreak title=2.Contenu : }

2.Contenu :

L’intégration de la reconnaissance d’écriture au sein de Windows XP est faite sans douleurs. Le contrôle à l’aide du stylet est simple et intuitif, et la rotation portrait-paysage parfaitement gérée. J’ai eu au début quelques soucis avec les barres de menus qui se plaçaient de manière anarchique, ou ne répondaient pas, mais un petit passage par Windows update a réglé tout ça, et tout fonctionne parfaitement et sans bugs (moi qui craignait de jouer une fois de plus les bêta-testeur pour Microsoft, j’ai été agréablement surpris !).

Windows journal est un petit programme qui me simplifie la vie. L’encre numérique est parfaitement rendue, et est très lisible. Rien à voir avec la piètre résolution du pocket PC. Ce qu’il y a de génial, c’est de pouvoir archiver ses notes de réunion avec chaque dossier. Plus de pertes, ou de comptes-rendus illisibles. On peut peut-être lui reprocher son côté trop simple, pas moi, c’est justement ce dont j’ai besoin.

L’intégration de la reconnaissance d’écriture au sein des divers softs installés est très bonne, pour peu que son écriture soit bien retranscrite, parce que sinon, galère en vue. Pour ma part, cette reconnaissance est très bonne. Je bute par contre assez souvent sur les noms de marques, inconnus au dictionnaire. La rédaction d’un petit article, d’un e-mail ou de documents de moins d’une page est faite sans encombres. Au delà, le clavier est quand même plus rapide… Et oui, les habitudes ont la vie dure, et taper au clavier sera toujours plus rapide pour des utilisateurs avertis. Par contre, il est beaucoup moins intuitif, cela reste malgré tout une simple interface entre la machine et nous. Le stylet donne l’impression de s’affranchir de cette interface.

L’utilisation de mes softs favoris (Rhinocéros, Strata 3D, Corel Draw, etc..) est beaucoup plus agréable au stylet qu’au clavier. Malgré le manque de puissance brute, dont nous reparlerons tout de suite, je préfère largement dessiner directement sur l’écran, surtout en mode vectoriel. C’est l’outil ultime pour les graphistes et les designers. Surtout associé à des softs comme Alias Sketchbook, et Corel Graphigo (Review sur TabletPC’Corner).

La puissance est quand même loin des standards actuels en matière de notebook. La faute sans doute au transmetta. La puissance se situe au niveau de mon ancien présario, qui était équipé d’un Pentium!!!-M 800 MHz, et de 128 Mo de RAM. J’ai fait un test de rendering sur un modèle simple, qui ne requiert donc pas trop de mémoire vive. Ma tablette calcule l’image en 1mn 08sec, le presario en 1mn 05. Pour info, ma station principale calcule cette même image en un peu plus de 20 sec (Athlon XP 2400+ 1go de ram). Sur une scène complexe, et avec une optimisation du moteur de rendu pour exploiter au maximum la mémoire vive, le TabletPC (768 Mo mémoire vive) passerait sûrement devant le presario, mais au prix d’un calcul très long. Evidement, et on s’en doutait, le Compaq n’est pas une station graphique. Un peu plus de puissance aurait cependant été apprécié.

Le Compaq TC1000

{mospagebreak title=En conclusion}

En Conclusion

Aux armes, la révolution est en marche ! Le notebook peut préparer sa sortie, parce qu’à terme, le tabletPC le remplacera probablement. On l’a vu, la copie n’est pas encore parfaite, notamment la puissance qui est un peu juste pour le Compaq. Mais la puissance n’est pas tout… L’ergonomie, l’intuitivité et la souplesse sont autant d’éléments importants, où le Compaq excelle. Le TC1000 a changé mes habitudes de travail. Avant mon notebook n’était qu’un ordinateur secondaire ne servant qu’à transporter mes fichiers lors de mes déplacements. Aujourd’hui, ma tablette est mon outil de travail principal, reléguant mon pc de bureau à un rôle de serveur de fichier et d’internet, ainsi que de station de rendering. … Et puis vous verriez la tête de mes clients quand je leur présente mes dessins sur la tablette, ils sont tellement intrigués et intéressés, que la moitié du travail est faite…! Les caractéristiques techniques du Compaq TC1000 sont disponibles ici. Brusseb, alias Sébastien Brusset est Désigner indépendant. Vous pouvez voir ces travaux sur http://www.exatypo.com/ et le contacter via son site Cet article est téléchargeable au format ebook Microsoft reader pour PocketPC, tabletPC et Windows classique. Pour le télécharger, cliquez ici (219 Ko non zippé)

 

Les Plus:
  • Portabilité (1.3 kg)
  • Autonomie (3h00 wifi activé et puissance maximale)
  • utilisation quotidienne de l’écriture cursive
  • Nouvelle gestion des notes manuscrites
Les Moins:
  • Puissance de traitement un peu faible

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com