Interview des acteurs du marché Tablet PC: TOSHIBA

| 0 Commentaires

Deuxième acteur du marché des Tablet PC à être interviewé, Toshiba dispose d’une image de leader sur le marché des ordinateurs portables, grâce à une Recherche et Développement puissante et un renouvellement permanent de sa gamme. Connu pour proposer des ordinateurs portables performants et robustes, Toshiba a aussi innové dans un sens en proposant un Tablet PC de 1ère génération de conception radicalement différente des autres modèles du marché avec le Toshiba Portege 3500. Plus proche du portable que de la tablette, il a renouvelé l’expérience, concluante, avec le Toshiba Portege M200, un produit bourré d’innovations et adopté par de grands noms de l’informatique tel que Microsoft. Voici donc l’interview du Responsable Marketing France : Monsieur Florent LAFARGE.
Interview réalisée le 21 Juin 2004

TabletPC’Corner – HPClean : Bonjour Monsieur
Toshiba France – F.L : Bonjour

TabletPC’Corner – HPClean : Pouvez-vous vous présenter auprès de nos lecteurs s’il-vous-plait ?
Toshiba France – F.L : Bien sûr !
Je suis Florent LAFARGE, je suis responsable marketing de la division Corporate chez Toshiba France c’est-à-dire de tous les ordinateurs portables entreprises (cela va de la PME – PMI jusqu’aux grandes entreprises). Cette vaste gamme inclut les Tablet PC qui sont positionnés dans la gamme Corporate.

TabletPC’Corner – HPClean : Pourquoi votre société s’est-elle intéressée au marché des Tablet PC ?
Toshiba France – F.L : D’un point de vue historique, c’est assez vieux en fait, puisque Toshiba a expérimenté dans le début des années 90 un modèle nommé Dynapad (cf. image ci-dessous). C’est notre « premier » modèle d’ardoises qui au début étaient tactiles, puis que nous avons fait évoluer vers des dalles de type électromagnétique mais pas de technologie Wacom (le stylet avait des piles). Nous ne sommes donc pas des novices en la matière car sur ce type de matériel et sur le marché il y avait Fujitsu et nous. Suite à ces premiers produits nous avons cessé l’activité jusqu’à l’avènement du Tablet PC de Microsoft.

TabletPC’Corner – HPClean : Et vous suiviez spécifiquement les travaux de Microsoft sur ce qui allait devenir Tablet PC ?
Toshiba France – F.L : A l’époque non, nous suivions l’activité et les travaux entrepris. Néanmoins, nous avons une relation assez forte avec eux. Nous sommes en relation suivie avec le chef de produits Tablet PC chez Microsoft, on se tient informé de leurs avancées, notre recherche et développement travaille avec Microsoft (plutôt US) pour que nos produits hardware soient bien en ligne avec la philosophie des produits logiciels, donc on a une relation assez forte quand même. Mais au niveau local en France, nous avons une relation uniquement avec le chef de produits et les personnes en charge du marketing.
C’est une architecture comparable pour tous les constructeurs : R&D d’un côté pour l’intégration et au niveau local, le marketing.

TabletPC’Corner – HPClean : D’un point de vue technique vous ne faites donc aucune recherche en France ?
Toshiba France – F.L : En France, non. Au niveau technique pure, tout se fait au pôle Recherche et Développement qui est basé en Asie. Toshiba réinvestit 6 % de son CA en recherche et développement, structure qui crée les produits. Au niveau local, nous nous réunissons par continent, c’est-à-dire que Toshiba France réalise beaucoup de meeting au sein de Toshiba Europe voire Toshiba Monde pour le feedback sur les produits. Ce sont les chefs de produits qui se réunissent pour échanger et proposer des améliorations à partir des diverses remarques remontées des utilisateurs.
Néanmoins nous avons aussi une architecture de marché : marché européen, marché asiatique et marché américain, qui peut amener à des décisions et des remontées différentes. En fonction des marchés les « headquaters » donne le tempo sur le produit et ses évolutions et nous appliquons.

TabletPC’Corner – HPClean : Cela veut-il dire que vous pouvez avoir des produits complètement spécifiques pour un type de marché (asiatique, etc etc …)?
Toshiba France – F.L : Tout à fait et c’est déjà arrivé ; je n’ai pas de souvenir en tête mais c’est le cas. Mais cela se voit en fonction des marchés et de leur dynamique de consommation ou la sensibilité des utilisateurs. Ainsi certains produits ne sont développés par exemple que pour le marché asiatique. Le marché asiatique a une sensibilité particulière pour ce qui est petit, léger. Il y a donc des produits ultraportables qui sont spécifiques à ce marché. Nous pouvons aussi les avoir potentiellement sur le marché européen, sauf que souvent nous évaluons la cible produit et que le potentiel de vente sur le marché local est loin d’être suffisant pour assurer un lancement et toute l’architecture de suivi derrière : nous décidons donc de ne pas le lancer.

TabletPC’Corner – HPClean : Vous parlez de marché local donc de la France, est-ce que vous regardez aussi les performances des autres marché locaux (autres pays) ?
Toshiba France – F.L : Oui, c’est une expérience importante d’étudier et d’analyser les performances des produits dans les autres pays, ne serait-ce que pour appréhender les inflexion de son propre marché. Au niveau de Toshiba, nous nous écoutons et nous discutons, et diffusons l’information. En Europe, Il y a trois grands secteurs d’activité : le marché français et un peu latin, le marché allemand et un peu nordique et le marché anglo-saxon. Par exemple, pour les Tablet PC, le marché anglais est plus porteur que les autres marchés, pour des raisons philosophiques, car les anglais sont plus « technophiles » que les français, c’est une constance typiquement américaine qui transparaît sur le marché anglais.

TabletPC’Corner – HPClean : Qu’elle est votre vision du marché français à court , moyen et long terme ?
Toshiba France – F.L : Le marché du Tablet PC en France est en expansion ; ce n’est pas un marché qui représente beaucoup de volume, mais qui prend bien son essor. Les clients commencent à s’intéresser à ce type de produits pour plein de secteurs. La première raison est qu’on commence à comprendre l’utilité de la Tablette. La deuxième raison correspond au marché de l’éducation qui mûrit et commence à comprendre que le Tablet PC peut être un outil important dans une optique pédagogique. Par exemple, la projection des cours directement sur la tablette permet de prendre des notes directement sur des slides ou sur un support numérique fourni, on va donc un peu plus loin que la prise de notes simple, en les intégrant directement sur un support de cours annoté et complété par la compréhension de l’étudiant qui suit le cours. On sent donc le marché plus mature.
Attention, on ne peut pas dire que le marché se cherche par les volumes assez faibles, mais bien qu’il commence à prendre son essor.

TabletPC’Corner – HPClean : Est-ce que vous avez une idée sur vos ventes de Tablet PC en France ?
Toshiba France – F.L : Je ne peux pas vous donner de chiffres, mais nous sommes très proche des volumes réalisés par Hewlett Packard. Enfin nous avons de très grosses affaires au niveau européen sur des grands comptes qui, elles, vont avoir un effet significatif sur les volumes et les parts de marché. Néanmoins nous remarquons que nous avons sur le volume de Tablet PC vendu, un fort pourcentage qui correspond à des ventes non assistées, c’est-à-dire des ventes au fil de l’eau non incluses dans des deals.
Les ventes au fil de l’eau non assistées, il y en a beaucoup : c’est très important car cela prouve que la démocratisation du Tablet PC convertible commence à prendre de l’essor.
Les chiffres se portent bien, on est en rupture complète tout le temps ; cela prouve que nos évaluations n’ont pas été bonnes et nous en sommes désolés, sinon tant mieux d’un autre côté car notre produit fonctionne et plaît beaucoup à nos clients. Cette situation ne va pas perdurer au-delà de Juillet. On a redressé la barre.

TabletPC’Corner – HPClean : Il aura fallu 6 mois quasiment donc pour pouvoir obtenir correctement un M200 donc ?
Toshiba France – F.L : Non pas vraiment plutôt 3 à 4 mois. Au début de l’année on a conclu des affaires les unes après les autres et on n’a pas vu le vent venir : on ne pensait pas être en rupture. Là, je reconnais notre erreur, et nous en sommes désolés pour les acquéreurs qui ont souffert de ce manque d’anticipation. D’un autre côté, nous sommes aussi surpris et contents que cela se passe comme ça : être en rupture et dire que le produit marche plutôt que de devoir écouler les stocks et brader le produit. Mais là nous sommes confiants pour les mois à venir.

TabletPC’Corner – HPClean : Cette situation est essentiellement due à votre seconde génération de Tablette?
Toshiba France – F.L : Pour le Portege 3500 c’était le premier modèle, les ventes se sont bien passées réellement et nous sommes très contents des performances de ce produit ; il a été un succès. Le fait d’avoir choisi dès le début un convertible plutôt qu’une tablette pour nous c’est historique et une appréciation produit / utilisateurs / marché qui fait que l’on n’a pas cru tout de suite au concept Tablette / dalle pure. Nous avons donc continué dans cette optique sur le M200 sur lequel nous avons fait un effort d’intégration vers le haut de gamme avec notamment le CPU très puissant (technologie Centrino), l’écran très haut de gamme avec une dalle disponible uniquement sur cette diagonale chez nous, dans un boîtier ultra portable sans en être véritablement un. Le M200 est un avènement et les clients attendaient des intégrations d’outils nomades dans des produits haut de gamme pour s’y intéresser.

TabletPC’Corner – HPClean : Quel est le positionnement du marché français par rapport au marché européen en terme de vente ?
Toshiba France – F.L : les anglais sont les premiers pour des raisons historiques puis nous sommes juste derrière, les autres marchés étant derrière nous. Comme je vous l’ai dit ce sont des marchés de projets verticaux et qui sont donc particuliers comme domaine.

TabletPC’Corner – HPClean : Hewlett Packard nous disait dans une précédente interview qu’ils généraient l’essentiel de leurs ventes Tablet PC sur des projets. Est-ce que c’est pareil pour vous ?
Toshiba France – F.L : Il y a de grosses affaires qui font réellement le volume ou la progression de volumes. Comme je vous l’ai précédemment expliqué il y a des ventes au fil de l’eau qui sont importantes ; elles concernent une , deux, et jusqu’à 5 unités pour une PME par exemple ou pour uniquement un service dans une société. Et petit à petit cela fait très, très gros.
Quand on dit que l’on est en rupture, on voit que les commandes sont limitées, mais nombreuses, ce ne sont pas de gros chocs.

TabletPC’Corner – HPClean : Quel est votre catalogue de Tablet PC ?
Toshiba France – F.L : Alors le Portege 3500 est clairement terminé, car il intègre des technologies obsolètes maintenant (Pentium !!!). Nous n’avons donc que le Portege M200 en terme de plateforme. En France nous avons choisi de le proposer dans une seule et unique configuration, maintenant il est clair que sur de gros projets, comme son orientation est corporate, il est possible de créer une machine spécifiquement pour un client en interférant sur la RAM installée, le disque dur, le processeur. On peut imaginer de faire presque un portable à la carte : l’outil le plus adapté à l’usage. C’est la valeur d’usage que le client perçoit plutôt que les spécifications originelles du produit.

TabletPC’Corner – HPClean : Vous avez une gamme de convertibles et son positionnement est complètement différent de Hewlett Packard ou de Fujitsu Siemens.?
Toshiba France – F.L : Fujitsu Siemens est clairement le leader en Europe. C’est indéniable et en plus c’est historique vu qu’ils construisent des produits depuis très longtemps et ont un suivi et une expérience très supérieure à ce que nous avons. De plus ils ont une cellule spéciale pour s’en occuper, ce que nous n’avons pas, nous. Nous n’avons pas les mêmes ressources au même endroit.

TabletPC’Corner – HPClean : Vous n’avez que du convertible dans votre gamme. Est-ce une erreur ? Pensez vous que le convertible peut s’accommoder de plusieurs marchés.?
Toshiba France – F.L : La tablette pure fait réagir le client s’il y a un besoin d’écriture ; la solution apportée, souvent du clavier externe ou de la solution Docking n’est pas satisfaisante ; pour une machine qui a une vocation nomade, lorsqu’on veut l’utiliser avec le clavier, les concurrents, qui ont choisi le clavier externe, ont oublié le confort de l’utilisateur en ne proposant pas de support pour les poignets par exemple ; c’est essentiel dans une utilisation avec un clavier, notamment dans un endroit qui n’est pas un bureau.
Dans les études que nous avons faites et que nous continuons à faire, on croit plus qu’un portable doit rester un portable et sinon par la suite, il faut apporter l’option usage supplémentaire qui est celle de la Tablette PC. Le M200 et son prédécesseur expriment bien cette approche.
Après bien sûr, il y a des contraintes : le produit est plus gros, plus lourd, et le compromis introduit avec le M200 entre Tablette, convertible et puissance, est vraiment très bon. Enfin et c’est historique, le convertible était destiné à mieux percer sur les prochaines années sur le marché, ne serait-ce que parce qu’il n’apporte pas de rupture avec le clavier.

TabletPC’Corner – HPClean : Cela veut-il dire que pour longtemps vous allez rester sur la notion de convertible dans vos produits ?
Toshiba France – F.L : Pour l’instant, oui.

TabletPC’Corner – HPClean : Pour l’instant seulement ?
Toshiba France – F.L : Pour l’instant le concept est retenu tel que. Le successeur du M200 n’est pas encore défini ; un produit comme le M200 a une durée de vie de 12 à 24 mois donc nous avons encore le temps de réfléchir. Le M200, en terme de spécifications est extrêmement bien placé, et va évoluer positivement dans ce sens au niveau des performances ; on travaille sur des concepts qui impactent un peu sur la philosophie et le form-factor mais nous n’avons rien de définitif loin de là.

TabletPC’Corner – HPClean : Pouvez-vous mieux expliciter la notion de marché en progression ?
Toshiba France – F.L : Les indicateurs sont clairs, le marché n’est pas énorme mais les entreprises commencent à avoir de plus en plus d’intérêts dans le Tablet PC et il y a de plus en plus d’affaires en cours.

TabletPC’Corner – HPClean : Le convertible et/ou les performances haut de gamme du M200 ont-ils influencé positivement vos chiffres ou bien est-ce la progression globale qui se fait sentir?
Toshiba France – F.L : Disons que les deux phénomènes combinés ont aidé dans la progression des ventes, mais aussi dans les deux premières options évoquées, on évalue une combinaison des deux possibilités comme facteur de ventes : le fait que ce soit un convertible et le fait que les performances et les spécificités techniques soient haut de gamme.
Il y a d’autres convertibles sur le marché, et le M200 se vend très bien : cela veut dire que la conjonction de la carte graphique dédiée et de l’écran SXGA+ sont finalement des éléments décisifs dans le choix de ce matériel. L’élément décisif dans le choix du matériel pour une entreprise ou grand compte, reste la valeur d’usage de ce dit matériel ; par la suite on regarde en détail les spécifications pour les adapter au maximum à la machine cible. Sur le marché, nous n’avons pas d’équivalent en terme de performances.

TabletPC’Corner – HPClean : Quels sont les grands acteurs avec lesquels vous travaillez spécifiquement sur le concept Tablet PC ?
Toshiba France – F.L : Les grands acteurs qui capitalisent sur notre produit sont des personnes avec lesquelles nous entretenons des rapports privilégiés et de travail et de recherche et développement. Par exemple, Microsoft est équipé de Toshiba Portege M200 pour la globalité de la société, et ce choix indique qu’il y a réellement quelque chose derrière ce produit, au-delà du concept Tablet PC : il reflète bien un besoin en adéquation avec des demandes en terme de performances et de qualité de fabrication.

TabletPC’Corner – HPClean : Vous êtes plutôt sur des marchés « entreprises », est-ce que vous pensez que le marché va mûrir dans les 2 prochaines années pour aller sur d’autres types de marchés (grand public, consommation de masse) ?
Toshiba France – F.L : Concernant l’enseignement nous en sommes sûrs. Pour ce qui est du marché de l’éducation, la maturation va venir petit à petit, mais l’intérêt suscité est certain ; c’est un marché en devenir et qui va prendre de l’ampleur. Le marché PME / PMI, cela va être beaucoup plus difficile car sur ces marchés on parle de la valeur d’usage d’un produit. La valeur d’usage en PME / PMI est différente car beaucoup de ces entreprises utilisent les outils informatiques comme essentiellement des outils bureautiques, et non pas comme des outils de travail spécifiques. Si la PME a des applicatifs verticaux spécifiques et que la Tablette a un intérêt à l’utilisation, elle pourra s’implanter.
Pour le grand public, c’est l’aspect prix qu’il faut travailler. Une personne dans le grand public n’est pas prête à payer 2000 / 2500 Euros pour un produit dont la valeur d’usage n’est pas l’ultra portabilité, mais plutôt celui d’un écran très fin avec une carte vidéo performante pour ce type de matériel, sur laquelle on peut jouer facilement, … On peut le faire sur d’autres machines qui sont moins chères (mais aussi plus lourdes par exemple). Le grand public a consolidé les années de publicité où le MHz était mis en avant, et si le portable n’est pas équipé d’un processeur à 3 Ghz, il ne réagit pas bien. Néanmoins le prix est le principal facteur de désintéressement, et c’est pour le moment toujours le cas dans l’éducation.
Le Portege M200 est cher car il a des coûts de développement plus élevés qu’une machine standard, les composants intégrés sont aussi chers, notamment tout ce qui est relatif à l’écran et à la dalle électromagnétique.

TabletPC’Corner – HPClean : Ne pensez-vous pas que pour faire décoller la consommation grand public ou éducation pour ce type de produit, il ne faille pas créer une nouvelle tablette à bas prix ?
Toshiba France – F.L : Ce n’est pas le but pour l’instant. Aux Etats-Unis, la problématique est certainement différente, car les volumes sont aussi différents et il peut y avoir de la pression pour concevoir ce type de produits, mais ce n’est pas le cas en Europe.
Pour l’instant le Tablet Pc est très verticalisé, c’est-à-dire associé à de l’applicatif optimisé, cela potentialise l’outil Tablet et les gains de productivité. Maintenant dans les geeks, il y aura un jeu commun. Dans le grand public c’est plus difficile à imaginer l’utilité ou l’utilisation de la fonction tablette dans le fonctionnement quotidien (emails, jeux, faire ses comptes, etc. etc. …). Disons que la fonction peut être intéressante s’il n’y a pas de surcoûts à l’achat, ce qui n’est pas le cas actuellement.

TabletPC’Corner – HPClean : Pensez vous que la nouvelle mouture de Tablet PC (Tablet PC 2005) va gommer certaines limitations du système et peut-être permettre de la rendre plus efficace quelque soit l’usage ? Tablet PC 2005 : un nouvel élan pour la Tablette ? Tablet PC 2005 : consolidation des applications Tablette et donc amélioration de l’utilisation ?
Toshiba France – F.L : Oui. C’est évident ! On va recapitaliser sur les petits plus intégrés dans cette nouvelle révision du système de Microsoft.

TabletPC’Corner – HPClean : Avez-vous des projets pilotes d’utilisation de Tablet Pc en Interne ?
Toshiba France – F.L : En interne nous avons beaucoup de commerciaux qui utilisent la Tablette Portege M200. Après nous laissons le choix aux commerciaux s’ils veulent utiliser une tablette ou un autre ordinateur portable. Ce n’est pas un déploiement massif, mais la majorité des ingénieurs commerciaux de province utilisent une tablette (3500 ou M200). Ce sont des gens qui sont nomades. Sinon chez Toshiba, nous avons un taux d’équipement en M200 qui est assez important. Dans les « Corridors Warriors », dans cette population bien spécifique, il y a beaucoup de tablettes M200 utilisées. En interne il y a un réel intérêt mais nous n’avons pas systématisé l’utilisation.

TabletPC’Corner – HPClean : Vous n’avez pas réalisé une campagne de publicité aussi marquée que Hewlett Packard par exemple, mais votre Tablette se vend très bien. Comment avez-vous abordé la communication sur ce produit et comment l’avez-vous positionné ?
Toshiba France – F.L : Si Hewlett Packard a fait une très grosse campagne de publicité, je pense qu’ils n’ont pas capitalisé les investissements en terme de vente. Au départ le marché n’est pas orienté grand public mais clairement entreprise. Pour l’entreprise certes la publicité est importante, mais elle est plus institutionnelle qu’orientée produit. Nous pensons que rien ne vaudra le déplacement sur site, chez le client, pour présenter un nouveau produit et présenter les valeurs d’usage. Même si en terme de publicité les messages peuvent être clairs, il est parfois difficile de comprendre l’utilisation du produit. Nous n’avons pas trop communiqué sur le produit, même si nous avons commencé à recapitaliser sur cette communication car il y a un réel élan. Nous avons donc fait différemment en allant plus vers le client pour montrer le produit.
Sur le M200 nous avons donc fait quelques encarts dans la presse spécialisée, des campagnes de mailing ciblées, c’est du marketing très ciblé, presque chirurgical, plutôt que du marketing de masse.

TabletPC’Corner – HPClean : Le positionnement convertible fait moins peur aux gens. Vous avez donc forcé la communication sur ce design ?
Toshiba France – F.L : Exactement c’est tout à fait cela. Nous avons expliqué que le M200 était un portable / ultraportable avec la fonction tablette. Selon l’utilisation que l’on veut en faire, c’est plus un portable, un véritable ultraportable très performant, ou il peut très vite se transformer en Tablette. Dans l’esprit c’est plus une Tablette, car nous avons des ultraportables au catalogue (M100 / R100).

TabletPC’Corner – HPClean : La façon dont vous décrivez le Portege M200 est intéressante : vous ne le positionnez pas comme un produit identifié et bien à part mais plutôt dans une solution globale…
Toshiba France – F.L : Le M200 appartient à la gamme des Portege et dans le segment du M100 et R100. Ce sont 3 aspects de l’informatique ultra portable qui ont chacun leurs fonctions et leur potentiel pour cibler spécifiquement les besoins des clients. Un est très léger, un autre est plus modulaire, enfin le m200 dispose de la fonction Tablette.
Nous partons de l’idée d’une solution globale car un seul produit ne peut pas répondre à toutes les attentes ; d’où notre déclinaison en gammes de produits, et dans une gamme à plusieurs produits disponibles. Notre solution globale Portege propose des produits légers, très autonomes et très communiquants. La connectivité aussi bien filaire que sans fil : il y a le Bluetooth, il y a le Wifi mais il y a aussi l’UMTS qui arrive à grand pas. Une carte UMTS dans le Portege ou même en communication BT avec un appareil UMTS et vous êtes directement connecté au réseau de votre entreprise. Nous avons travaillé avec SFR pour intégrer des cartes PCMCIA UMTS dans des solutions Portege (choix du M100 sur ce projet).
Donc concernant l’intégration de toutes les nouvelles technologies, nous sommes toujours en veille sur ces possibilités pour répondre du mieux possible aux besoins, mais la France est un pays un peu moins réactif, moins mature que les anglo-saxons qui sautent littéralement sur les nouvelles technologies.

[TabletPC’Corner – HPClean : Votre Tablette est équipée d’un Pentium M et bientôt d’un Dothan: pourquoi pas un modèle avec le Celeron-M pour avoir un modèle à plus bas prix ?
Toshiba France – F.L : Le Celeron en entreprise, en France, cela ne marche pas. Le processeur a une connotation d’entrée de gamme malgré les qualités du produit. Le Celeron M n’a pas les possibilités SpeedStep et de ce fait n’offre pas une autonomie comparable à un Pentium-M de même fréquence par exemple. Dégrader les performances dans sa partie autonomie, pour nous ce n’est pas l’esprit de la machine donc pas de Celeron M dans un M200.

TabletPC’Corner – HPClean : Pour avoir un M200 depuis quelques semaines après avoir utilisé un ACER Travelmate C110, je regrette la non intégration dans un poids identique d’un lecteur optique.
Toshiba France – F.L : Le lecteur optique, on s’est longtemps posé la question. En fait si vous utilisez la machine en mode batterie, vous remarquerez qu’elle est très peu chaude. Elle est très bien ventilée et très aérée. On a estimé que quand on l’utilisait en mode tablette, il ne fallait pas que la machine chauffe. Pour ce faire, le design thermique de la carte mère facilite la ventilation et l’évacuation de la chaleur produite par le CPU (qui n’est pas une version ULV …). Le rajout d’un lecteur optique empêchait une dissipation thermique correcte. L’épaisseur du boîtier est aussi « conséquente » mais tient compte de cette problématique importante à nos yeux.
Enfin, l’utilisation du lecteur est majoritairement faite au bureau, très peu en condition nomade dans l’utilisation entreprise. Par exemple sur mon M200, je me sers du lecteur optique uniquement au bureau, je ne l’utilise pas en mouvement ; et quand on veut utiliser des données, elles sont généralement sur le disque dur. C’est ce que nous constatons de plus en plus avec les retours que nous avons.

TabletPC’Corner – HPClean : Entre le R100 et le M200 il y a 1 kg de différence, tous les deux appartenant à la Gamme portégé, Envisagez-vous de produire un jour un Tablet PC de ce Form Factor / poids
Toshiba France – F.L : C’est difficile à dire, nous ne sommes pas au fait des travaux des bureaux de design. La tendance de développement va vers l’allègement et l’amincissement des produits. Mais à spécifications comparées, il est impossible de mettre un M200 dans un boîtier de R100 par exemple. Le R100 est une machine très légère mais dédiée à faire de la bureautique standard à avancée (Centrino ULV et Disque durs ultrafins), ce que n’est pas le M200.
Dans le r100, la carte graphique est à mémoire partagée et je peux vous assurer que même avec cette configuration légère, il faut quand même dissiper beaucoup de chaleur. Enfin il y a l’aspect autonomie qui intervient. Tout ceci pour dire qu’un Tablet PC à 1kg, … ce n’est pas dans nos tablettes pour le moment : )
Une machine entre 1.7 et 2kg reste la cible, les développements vont sûrement s’orienter sur la taille de l’écran intégré et l’intégration de lecteurs. Tout du moins c’est mon point de vue.

TabletPC’Corner – HPClean : Les évolutions du M200 vont donc vers un écran plus grand ?
Toshiba France – F.L : Pourquoi pas ! Ce sont des hypothèses de travail. La dalle 14 pouces de même résolution existe chez nous, sinon sur le marché il existe des bien des tablettes avec des dalles de 14 pouces mais en XGA (le ACER C300) mais avec un poids important …
Il faut comprendre que lorsque l’on augmente la taille des écrans des machines, on est obligé de rigidifier l’ensemble, car il y a des distorsions plus fortes. Si on durcit la tablette, on va aussi augmenter le poids et utiliser des matériaux différents. C’est toute une notion de positionnement : une Tablette 14 pouces à 2.5 kg chez Toshiba, peut-être qu’elle ne s’appellera plus Portege !

TabletPC’Corner – HPClean : Comment appréhendez vous l’arrivée de Tablet PC 2005 ?
Toshiba France – F.L : Pour nous c’est l’intégration de langues supplémentaires et une meilleure efficacité au stylet, en mode tablette donc. Ce sont des améliorations nécessaires dans le développement mondial de ce produit. L’intégration avec le SP2 est une excellente chose car dès la publication officielle du SP2 nous allons le préinstaller en usine sur toutes les machines. Les DVD de réinstallation du M200 ne seront vraisemblablement pas mis à jour. Mais tout n’est pas encore clair du côté des headquaters.

TabletPC’Corner – HPClean : Le M200 avec la carte Wifi G sont-ils enfin disponibles en France ?
Toshiba France – F.L : Le M200 va subir une upgrade majeure avec le remplacement de l’actuelle Intel Wireless Pro 2100 B par l’Intel Wireless Pro 2200 G dès le mois de juillet. En outre cette version du M200 sera intégrée avec du Dothan, avec la version 1.6 à 1.8 Ghz. Les processeurs haut de gamme (2 Ghz) sont hors de prix et nous pensons que les clients ne sont pas prêts, pour une certaine partie, à rajouter 500 à 600 Euros pour un CPU qui rajoute seulement 10% de puissance.
Nous avons fait le choix sur le marché européen d’une configuration unique en 1.6 Ghz Banias car le 1.7 Ghz était alors hors de prix ! et que la proposition de ce type de machine en configuration standard ne s’imposait pas. On ne pouvait pas justifier un tel prix pour seulement un dixième de gigaherts. La migration de la machine de base devrait être seulement du 1.6 Ghz Banias au 1.6 Ghz Dothan
Donc cette nouvelle version sera disponible dès son annonce en Juillet car on a calibré les stocks et la production.

TabletPC’Corner – HPClean : Le changement seul du CPU sera-t-il possible? L’upgrade de la carte Wifi seulement sera-t-il possible ?
Toshiba France – F.L : Le changement de CPU ne sera pas possible en option / upgrade chez Toshiba, par contre nous proposerons le remplacement de l’Intel Wireless Pro 2200 G qui sera disponible au catalogue. Donc pas de souci pour cette migration : il suffira alors de faire la mise à jour du driver complémentairement à l’upgrade matérielle.

TabletPC’Corner – HPClean : Avez-vous des informations sur la 3ème génération de Tablette de Toshiba ?
Toshiba France – F.L : Je ne peux rien vous dire. Avant la fin de l’année nous aurons plus d’éléments pour en rediscuter. Mais elle ne sera pas distribuée avant 2005. le M200 est du haut de gamme. La mise à jour matérielle de cet été lui apporte un bol d’air, mais elle est clairement positionnée pour durer ! C’est aussi important pour la stabilité de la plateforme et son intégration à long terme en entreprise. Je n’ai pas trop insisté sur ce point mais la stabilité du Master est primordiale voire essentielle sur des produits entreprises / grande entreprises qui sont faits pour durer. Dans une grande entreprise, les personnes sont très attachées à ce genre de détails, qui n’en est pas un. Les coûts de redéveloppement de toute une infrastructure sont souvent sous estimés et avec une grande stabilité de machine, permettent d’être plus acceptables ou surtout minimisés.

TabletPC’Corner – HPClean : Les stations d’accueil sont un point fort de la gamme Portégé et le M200 en profite : pouvez-vous nous en parler ?
Toshiba France – F.L : On a fait 2 choses par rapport au Portege 3500 que nous avions complètement oublié : nous avons fait en sorte que les stations d’accueil classiques, pour les Tecra soient aussi compatibles avec la gamme de Portege et le M200. Alors ça c’est important car en entreprise, si vous avez une flotte d’ordinateurs portables Toshiba, il est important que les produits de familles différentes puissent utiliser des stations d’accueil du même constructeur. Exemple de sociétés qui ont des pools de 3 bureaux qui servent à plusieurs utilisateurs nomades.
Ensuite nous avons sorti une station qui s’appelle la MultiDock qui marche très bien : brancher un clavier, un second écran, utiliser un lecteur optique, pouvoir positionner la tablette en mode portrait ou paysage, etc etc … utiliser l’écran du Tablet comme écran principal et avoir un second écran avec un clavier externe … La multidock est faite pour répondre de façon générique à une multiplicité de besoins spécifiques. De plus vous avez un lecteur intégré.
C’est une option qui est très demandée, malgré les critiques que nous avons eues sur le look.

Par exemple nous avons participé à l’élaboration d’un pilote pour l’émission « En aparté » de Canal Plus, dans le cadre d’un partenariat, où le M200 avec la Multidock a été retenu : l’invité (ici Vanessa Paradis) signe directement sur le Tablette accrochée sur le Multidock et l’image est retransmise sur les écrans. Ce n’est pas technologiquement compliqué, d’autres solutions matérielles auraient pu convenir, mais le M200 et la MultiDock étaient la meilleure solution et la plus simple et plaisante à utiliser.
La MutiDock est un produit génial pour faire pivoter l’écran et transformer le tablette en station de bureau.

TabletPC’Corner – HPClean : Le choix d’une charnière pour la rotation de l’écran n’est-il pas dangereux pour la stabilité et la robustesse du produit ?
Toshiba France – F.L : Nous avons passé des tests techniques assez colossaux sur cette charnière qui aux premiers abords peut paraître peu solide ; Le Portege 3500 (dont le M200 reprend les principes de fermeture et d’ouverture et le type de charnière) a reçu un prix en Allemagne concernant la solidité : plus de 150 000 fermetures / ouvertures ont été réalisées en laboratoire sans dommage ce qui correspond à plus de 15 ans d’utilisation intensive du produit … Ces études influencent le coût de développement qui est beaucoup plus élevé que pour des produits de la même gamme et influence en conséquence le prix de vente.

TabletPC’Corner – HPClean : Monsieur LAFARGE, je vous remercie du temps que avez pu nous accorder pour cette interview.
Toshiba France – F.L : Avec plaisir je vous remercie.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com