Découverte de l’ACER TravelMate C200 Series

| 0 Commentaires

Annoncé et entraperçu lors du WinHEC 2005, confirmé tout récemment par ACER, l’ACER TravelMate C200 Series s’impose comme une nouvelle gamme de Tablet PC chez le constructeur en pleine croissance, une sorte de gamme intermédiaire entre le TravelMate C110 Series, qui n’est plus produit, et le TravelMate C310, nouveau rejeton de la société, positionné comme un substitut de desktop.
Lors de sa présentation au WinHEC, le format convertible a fait fureur en proposant un nouveau form factor et une nouvelle méthode technique pour transformer le convertible en tablette et vice versa ; dubitatives mais néanmoins intéressées, de nombreuses personnes attendent aujourd’hui de voir ce que peut bien valoir ce nouveau modèle et ce nouveau système de transformation.
L’ACER TravelMate C200 Series est disponible sous deux références en France :
le TravelMate C202TMi: (ref.:LX.TAD0E.077):Intel® Pentium® M 740 (1.7GHz), Microsoft Windows® Tablet PC Edition 2005, 12,1 TFT, Disque Dur 80GB, RAM 512MB, NVIDIA GeForce 6200 Go TurboCache™, Lecteur Graveur DVD-Dual, lecteur de carte 4 en 1, Gigabit LAN 10/100/1000 & 802.11g, Bluetooth™
le TravelMate C204TMi : (ref. LX.TAD0E.041): Intel® Pentium® M 760 (2.0GHz), Microsoft Windows® Tablet PC Edition 2005, 12,1 TFT, Disque Dur 100GB, RAM 1024MB, NVIDIA GeForce 6200 Go TurboCache™, Lecteur Graveur DVD-Dual, lecteur de carte 4 en 1, Gigabit LAN 10/100/1000 & 802.11g, Bluetooth™, Fingerprint.
Nous avons donc en ce moment, à la rédaction, un modèle de test TravelMate C204 et c’est l’occasion de faire une présentation découverte de ce nouveau modèle de chez ACER.

Présentation de l’ACER Travelmate C200 Series

L’ACER TravelMate C200 Series est la nouvelle plateforme Tablet PC d’ACER, venant se positionner entre le désormais retraité TravelMate C110 Series et le mature TravelMate C310 Series. Ses dimensions sont les suivantes : 315 (L) x 238 (l) x 35,3 (H) en millimètres. Ceci nous laisse perplexes sur un point : l’épaisseur du produit. En effet, avec plus de 3.5 centimètres de hauteur, le produit apparaît comme particulièrement épais, et nous laisse craindre une prise en main difficile.

Le boîtier est réalisé dans un plastique honorable, donnant une impression de métal. On regrette un peu le manque de finition sur certains endroits notamment sur les côtés près du lecteur optique ou de la batterie, laissant deviner quelques problèmes de jointure. Le modèle étant estampillé TEST, mais ne portant pas la mention de prototype, ce sera à vérifier sur les modèles commercialisés. Toutefois, cela ne pénalise pas l’ensemble de la machine.


Cliquez sur l’image pour une photo en plus grande résolution

La première impression lors de la prise en main est le poids élevé : il faut savoir que ce modèle possède un lecteur DVD multi-format inséré qui y participe grandement. Il faudra compter environ :
2,440kg pour la tablette munie de la batterie 6 cellules de 4800 mAh (soit 53 Wh)

environ 200 grammes de moins soit 2,220 kg pour le C200 sans le lecteur de DVD mais avec le cache qui protège le slot d’insertion

et 120 grammes de moins si on remplace la batterie 6 cellules de 4800 mAh par la batterie de 3 cellules de 2000 mAh.

Au final, on peut voir que la configuration est extrêmement évolutive en terme de poids, suivant que l’on emporte ou pas le lecteur de DVD, qui rajoute tout de même 200 grammes.

Néanmoins il faut retenir le poids de la tablette avec une batterie de 4800 mAh (comptez 4 à 4h30 heures d’autonomie, pas plus) et avec lecteur DVD est de 2,450 kg, ce qui n’est pas trop mal dans l’absolu, mais ne bat aucun record. Pour rappel le Fujitsu Siemens Lifebook T4010, à configuration équivalente et avec une batterie aussi performante pése, lui, 2,1 kg.

Point remarquable par ailleurs : l’encombrement de la batterie 3 cellules est identique à celui de la batterie 6 cellules. En effet, seul le poids augmente et le nombre d’éléments prismatiques intégrés est bien entendu supérieur.

Il y a d’ailleurs de fortes chances que la batterie optionnelle 9 cellules haute capacité soit, elle, de format plus grand : plus épais ou plus long.

On remarquera l’approche instructive d’ACER piochée dans son expérience et chez les autres constructeurs de proposer plusieurs capacités de batteries et donc plusieurs options de mobilité. Cette étude pragmatique des besoins devrait se généraliser chez tous les constructeurs, de manière à proposer une totipotence d’utilisation du matériel dans plusieurs configurations de nomadisme. En effet peut-on considérer qu’une autonomie de 2h00 est quelque chose de réellement acceptable pour un Tablet PC ?

Côté équipements, la tablette est richement dotée et semble très fonctionnelle par l’interaction qu’il est possible d’avoir avec les périphériques. On retrouve sur le côté droit (lorsque la tablette est de face):
l’emplacement d’insertion du stylet du Tablet PC qui est un stylet de grande taille mais assez standard
le connecteur casque
le connecteur micro
la prise Firewire 400 Mbits 4 broches donc non autoalimentée
le premier port USB 2.0

une grille d’aération qui sert à l’expulsion de l’air chaud en provenance de l’intérieur du boîtier. Cette grille est d’ailleurs assez large !

deux ports USB 2.0 et la prise de connexion VGA pour le bi-écran parfaitement fonctionnel dans de multiples configurations avec la carte vidéo dédiée nVidia GeForce 6200 TC + 32 Mo de mémoire vidéo.


Sans le stylet – Cliquez sur l’image pour une photo en plus grande résolution


Avec le stylet – Cliquez sur l’image pour une photo en plus grande résolution

Enfin sur le côté gauche on retrouve :
le connecteur RJ45 pour le réseau GigaBits Ethernet
le connecteur RJ12 pour le modem v92
le lecteur de DVD Multi en slot in, qui fait un bruit affreux et assez fort lors de l’insertion de disques optiques (et moyennement silencieux en lecture). Il est bien entendu amovible.
le port PCMCIA de type II dessous
le lecteur multicarte (SD / MiniSD / MS / MS Pro / MSDuo) en haut


Cliquez sur l’image pour une photo en plus grande résolution

De face, la tablette est généreuse en proposant :
deux larges enceintes assez puissantes générant un son stéréophonique clair et assez fort
ces deux enceintes encadrent deux voyants indiquant le niveau de charge de la batterie avec une couleur changeante (orange / vert), et l’utilisation du disque dur (diode qui clignote).
ces deux diodes encadrent par ailleurs le port infrarouge Fast IR
on retrouve sur le côté droit de la face, l’encoche qui permet d’attraper le stylet spécifique du Tablet PC
tandis que sur la gauche, on retrouve 2 boutons matériels qui permettent d’activer ou de désactiver le module Blutooth 2.0 EDR et le module Wifi G (Intel Pro Wireless 2200BG). A noter que ce sont donc bien deux boutons séparés et non un seul pour gérer les deux connexions sans fil comme c’était le cas sur le C110 Series. Ces deux boutons sont allumés lorsque les composants sont activés (bleu pour le Bluetooth et orange pour le Wifi)


La tablette de face : seulement le Wifi activé


La tablette de face : avec le flash


détails sur les boutons matériels des connexions sans fil : Wifi seul activé


détails sur les boutons matériels des connexions sans fil : Wifi et BT activés

L’arrière de la tablette est assez frustre puisque presque complètement pris par la batterie. On remarque néanmoins que sur le côté droit (tablette de dos) un connecteur spécifique est disponible, certainement pour exploiter un réplicateur de ports et le traditionnel connecteur d’alimentation plus une prise Kensington sur la gauche.


Le connecteur du réplicateur de port


Le connecteur du réplicateur de port

C’est l’occasion pour nous de faire un premier focus sur le nouveau système de transformation en tablette : une large plaque de plastique assez dur assure la cohésion entre l’écran et le socle (le boîtier de la tablette). Elle sert de support lors de la position convertible : les fixations ne sont mobiles que sur un seul axe (pivotement pour le repli de l’écran)


La tablette vue de côté

Le dessus du boîtier et de l’écran proposent un certain nombre d’astuces notamment par le positionnement de boutons …

Tout d’abord, un curieux accessoire placé à droite du boîtier sous le clavier renforce plus que jamais le positionnement convertible du produit : il s’agit d’une petite molette qui fait office de molette pour souris et qui n’est utilisable qu’en mode convertible ! Grâce à elle, il est possible de faire défiler les pages de haut en bas et de cliquer sur un élément lorsqu’il est sélectionné.
Etrange et mal positionné, même lorsque la tablette est en mode convertible, nous restons dubitatifs quant à son emploi.

Juste à côté on trouve le point qui représente le microphone de la tablette.

Juste au-dessus de cet engin de ce truc de cette molette, on retoruve une série de 4 boutons matériels qui sont configurables et typiques chez ACER : ils permettent de lancer des applications préprogrammées et notamment le navigateur internet, le gestionnaire de courrier, la suite logicielle spécifique à ACER que nous verrons plus loin. Deux diodes indiquent si des vérouillages clavier sont activés. Comme d’habitude, ils seront cachés en mode tablette et donc utilisables seulement en mode convertible.

L’écran, fort heureusement, n’est pas en reste avec quelques élements terriblement fonctionnels positionnés de manière judicieuse :
le bouton d’alimentation, seulement disponible ici
le bouton matériel de verrouillage Windows (simule le CTRL – ALT – SUPPR)
et juste en-dessous le lecteur biométrique qui se révèle un peu moins sensible que celui du LE1600 mais extrêmement bien servi par une suite logicielle d’excellent niveau.

Enfin sur le même côté mais juste en-dessous, on retrouve :
la touche de rotation matérielle de l’écran
la touche Fonction
la touche Echap
Dont les actions sont classiquement paramétrables dans les options Tablet PC

Enfin sur le haut de l’écran (en mode convertible), le système de verouillage de l’écran sur le boîtier est disponible et il apparaît un peu fragile.

Le clavier est de bonne facture, solide, les touches sont spacieuses et mieux positionnées que sur un Toshiba par exemple (enfin plus standards). Il est encadré par une série de deux rails qui permettent de faire coulisser l’écran.

On regrette, toutefois, l’absence de repose-mains au niveau de la souris qui est maintenant symbolisée par un trackpoint. En effet l’épaisseur de la tablette est importante et le fait de ne pas poser les poignets lors de la frappe occasionne une certaine fatigue à son utilisation. Enfin le positionnement des boutons et du trackpoint, très classqiue, est gênante à l’usage pour la même raison


Cliquez sur l’image pour une photo en plus grande résolution

Le nouveau système de transformation en tablette et la qualité de l’écran

Révolutionnaire, étrange, suscitant un intérêt majeur, tels étaient les termes souvent entendus lors de la présentation du prototye lors du WinHEC 2005. Il faut tout d’abord souligner que l’écran se rabat toujours sur le clavier mais qu’il ne se retourne plus et se plaque spécifiquement sur le clavier pour devenir une tablette : il n’y a donc plus de protection de la dalle. Par ailleurs, l’ajustement des côtés de l’écran sur la dalle (boîtier sur dalle) est moyen, montrant un certain jeu (écart de fixation) qui pourrait être préjudiciable à terme si l’utilisation tablette est prédominante (notamment par l’appui des doigts sur cette partie fragile au bord de l’écran)

Le principe de la transformation est simple : l’écran est mobile et glisse sur des rails positionnés de part et d’autre du clavier. L’écran est bloqué par un système de fixation arrière qui empêche toute manipulation hors contexte :-)

Voir la vidéo de la transformation en Tablette du ACER Travelmate C200 Series (cliquez sur play pour lire la vidéo ou cliquez sur le lien si elle ne s’affiche pas)



Deux crans sont disponibles, en haut et en bas pour bloquer la tablette : l’utilisateur doit donc forcer un peu pour déclipser l’écran dans ces deux positions extrêmes (c’est visible sur la vidéo)

La première impression est que l’ensemble est car l’écran est contraint dans ses deux positions et est bien accroché. En première intention, on dira que le système est bien conçu. La question que l’on est en droit de se poser cependant est l’utilisation à long terme de ce système et la fiabilité des crans qui permettent de correctement positionner l’écran. En effet, à terme, n’y a-t-il pas un risque de fatigue de ce côté-là ?

Enfin, comme l’écran ne peut pas faire de rotation spécifique ni d’inclinaison, vous êtes contraint et forcé de manipuler le C200 si vous souhaitez montrer à votre entourage une chose inscrite à l’écran. Quant à l’inclinaison, on va simplement dire qu’il n’y en a plus besoin car un effort COLOSSAL a été réalisé sur la qualité de l’écran :
sa luminosité varie autour de 8 à 10 paliers et dispose d‘une gamme d’éclairage étendue, d’un mode assez sombre à un mode très lumineux.
son angle de vision est exceptionnel et se hisse au même niveau que les dernières générations de slate, relèguant au rang d’amuse-gueule les C110 Series et leur écran passable à médiocre.
L’angle de vision avoisine les 180° aussi bien en mode portrait qu’en mode paysage, sans distorsion de couleurs !
Quelques images pour prouver cela :

Angle de vision horizontal

Angle de vision vertical

L’écran réagit même correctement au flash et il conviendra d’essayer ce que vaut sa luminosité et sa visibilité dehors.


Une excellente luminosité !

Il est difficile de donner un avis sur le système de transformation en tablette mais ACER a correctement réfléchi sur la qualité de l’écran associé et l’a mis en adéquation avec son nouveau système de transformation : la tablette est lisible en toute circonstance et quelque soit l’angle de vision. Par ailleurs la luminosité est très bonne !
Enfin l’écran n’est pas protégé pour le transport lorsque positionné en mode tablette, mais la fixation semble robuste.

Les caractéristiques techniques et logicielles à la loupe

L’ACER TravelMate C200 Serie porte en lui un renouveau et un positionnement Corporate du Tablet PC chez ACER en ne faisant pas l’impasse sur de nombreuses améliorations techniques et logicielles dont il faut expliciter les tenants et aboutissants.

La version américaine livrée de la tablette laisse entrevoir un package intéressant et en nette amélioration par rapport aux anciennes tablettes mais ce package logiciel peut différer sur certains composants avec la version française, nous noterons néanmoins la présence de :
Cyberlink PowerDVD
Agilix GoBinder 2005 Lite
Microsoft Education pack pour Tablet PC
Microsoft Experience Pack pour Tablet PC
ACER Empowering Technology
NTI Backup Now ! 4
NTI CD & DVD-Maker 7
ACER Protector Suite QL

Le lecteur biométrique

Le lecteur biométrique n’est pas une question de mode et semble maintenant de plus en plus souvent intégré dans les outils nomades. Celui intégré dans l’ACER Travelmate C200 se révèle à l’usage moins performant et avec une qualité de scan inférieure au capteur biométrique comparable intégré au Motion Computing LE1600.

En revanche il est supervisé par une suite logicielle ACER Protector Suite QL. Cette suite permet d’activer la prise en charge directement dans le BIOS de ce périphérique et de protéger l’ordinateur dés le démarrage soit par un code, soit par le scan d’un ou de plusieurs doigts.

Les possibilités d’interactions sont nombreuses et intégrées au plus profond du système Windows ou bien dès qu’une fenêtre demandant un mot de passe, un process d’enregistrement et de détection peut superviser l’ensemble et utiliser ce périphérique.
Loin d’être un gadget, et grâce à sa position qui facilite son emploi, ce périphérique est vraiment un outil très appréciable !

Il peut d’ailleurs être couplé à un autre élément de la suite logicielle d’ACER qui permet de configurer un espace du disque dur (un répertoire de Windows) comme lieu de stockage sécurisé et crypté où tous les fihciers déposés sont cryptés.

Accessibilité de la mémoire du disque dur et de la carte réseau sans fil

Contrairement aux autres ACER Travelmate, les deux banques mémoires sont acessibles facilement par la trappe sous la tablette. Autrefois, l’une d’elles se trouvait sous le clavier et était de ce fait difficilement accessible. Du fait de l’épaisseur de la tablette, il n’en est rien désormais ! L’évolutivité maximale sera facile à réaliser.

Le disque dur est enfermé dans une coque antichoc qui fiabilise son emploi en mobilité. Il s’agit, dans le modèle de test livré d’un disque dur Segeate de 60 Go à 5400 tours. Il dispose de performances très honorables que nous verrons plus tard.

La carte réseau sans fil peut aussi être déconnectée et enlevée pour en mettre une autre. C’est une carte MiniPCI.

Economie d’énergie et chaleur dégagée

Le Pentium M intégré est un Pentium M 760 fonctionnant à 2 GHz. La chaleur dégagée est donc énorme s’il est au maximum de sa puissance. Le dessous de la tablette dispose d’un ventilateur qui aspire la chaleur par le bas et la rejette sur le côté (voir la grille évoquée ci-avant).

Le boîtier étant finalement assez épais donne une bonne circulation de l’air et même chaud il n’est pas brûlant comme sur d’autres tablettes. Le CPU est toutefois, toujours entre 51 et 58 °C.

Pour assurer une bonne circulation de l’air, ACER a pourvu son TravelMate C200 Serie de patins de 3 à 4 mm d’épaisseur sous la tablette. Ils assurent une circulation suffisante de l’air sous la tablette car cette dernière n’est pas directement en contact avec la table :) . Terriblement astucieux et malin je trouve.

Cette disposition assure une bonne ventilation et diminue en conséquence les risques de dysfonctionnement. On ignore par contre, ce que cela peut donner posé sur une couette de lit, ou sur les jambes de l’utilisateur …

Le Stylet

Un vrai stylet de Tablet PC est intégré dans le boîtier. Enfin ! Par contre point de raffinement, et mal étudié, c’est un stylet standard Wacom avec une gomme et les boutons classiques.

L’écran n’a pas de feuillet de protection mais semble traité anti-reflets et anti-rayures : le stylet glisse vraiment très bien dessus, mais on regrette de ne pas disposer en standard d’un stylet avec une mine en caoutchouc pour améliorer la pertinence de l’écriture, son confort et le plaisir.

La suite ACER Empowering technology

Lors de l’initialisation de la tablette, le processus dure environ 40 minutes pour finaliser l’installation en 20 étapes de l’ensemble des logiciels et drivers.
ACER a enfin doté ses Tablet PC d’une suite logicielle digne d’un Tablet PC nommée Empowering technology

Quelques perles logicielles sont intégrées et je citerai pour mémoire 3 utilitaires intéressants :
ACER ePower Management : un gestionnaire complet de profils énergétiques d’un Tablet PC permettant de régler la vitesse du CPU, la luminosité du LCD, la mise en veille ou hibernation, la désactivation de toutes les liaisons disponibles (LAN, WAN, BT, CardBUS, Firewire)

ACER eDataSecurity Management : un gestionnaire complet de cryptage des données avec des clés supérieures à 128 bits

ACER ePerformance Management : un gestionnaire complet d’optimisation de la tablette qui permet d’optimiser les process en cours, de libérer de la mémoire vive en temps réel, de purger ses fichiers temporaires sur le disque dur, d’améliorer le temps de boot ou d’extinction de Windows… Un outil sympathique à essayer de manière plus pertinente au long cours.

Quelques benchs et appréciations techniques de l’ACER TravelMate C200 Series

Pour verser dans la traditionnelle règle d’appréciation des performances, le ACER TravelMate C204Tmi est passé au crible du test PCM0rk04 v1.3 dont voici les résultats

Je vous laisse les commenter seuls, histoire de vous exercer à la pertinence de tous ces chiffres bruts.

Par contre j’ai réalisé un petit comparatif des benchs entre Tablettes utilisant un Pentium M à 2 GHz :
L’ACER TravelMate C204Tmi : Pentium M Dothan 760 à 2 GHz (533 MHz de bus frontal) avec chipset i915GM et mémoire DDR2
Le Toshiba TECRA M4 : Pentium M Dothan 760 à 2 GHz (533 MHz de bus frontal) avec chipset i915GM et mémoire DDR2
Le Toshiba Portege M200 : Pentium M Dothan 755 à 2 GHz (400 MHz de bus frontal) avec chipset i855GM et RAM DDR

Ces chiffres montrent bien que :
l’avantage de la plateforme Sonoma n’est pas probant en terme de CPU ni l’augmentation de fréquence du bus frontal, ce qui laisse présager une véritable rupture avec le CPU Yonah. Le i915 est un chipset de transition.
le TECRA M4 est équipé d’une carte vidéo nVidia GeForce 6600 TC tandis que l’ACER TravelMate C204 est équipé d’une nVidia GeForce 6200 TC : il y a une différence flagrante de performances.
le même disque semble équiper les deux machines. Un passage à un disque de 7200 tours avec 8 Mo de cache devrait sensiblement améliorer les performances globales.

En outre, voici quelques chiffres plus palpables en terme d’utilisation quotidienne :

Démarrage à froid : 56 secondes avant d’arriver sur le bureau de Windows fonctionnel
Mise en veille : 3 secondes
Retour de mise en veille : 3 secondes (hors process de scan biométrique ou d’insertion de mots de passe).
Mise en veille prolongée : 20 secondes (pour 512 Mo de DDR2)
Retour de mise en veille prolongée : 19 secondes

Autonomie Batterie 6 cellules 4800 mAh – 53 Wh Environ 4h40 avec Wifi activé, Bluetooth non activé, éclairage moyen et CPU en utilisation dynamique grâce à Centrino Hardware Control.

 

En Conclusion

L’ACER TravelMate C200 Series est séduisant car il offre dans un boîtier assez compact mais assez lourd aussi, une puissance phénoménale et un nombre important de raffinements techniques (Bluetooth 2.0 EDR, lecteur biométrique) et un rapport qualité – prix très intéressant. Fait majeur, ACER s’est enfn résolu à proposer une suite logicielle de gestion de la tablette pertinente, même s’il manque au package un logiciel comme Microsoft OneNote 2003. Pour le nouveau système de transformation en tablette, et pour le modèle de test, tout semble correct et solide; comme pour les charnières des autres Tablet PC, il faudra attendre quelques mois avant de réellement juger de la solidité et des performances globales de ce style (les rails sont de vrais ramasse-miettes). Par ailleurs l’écran n’est pas protégé : il faudra rester soucieux de la protection de l’ensemble. ACER a conçu un Tablet PC dans le même esprit que Toshiba : c’est d’abord un portable auquel on rajoute des fonctions tablettes; cela nous paraît évident et de ce fait, il casse un peu tous les travaux et l’avance acquise en créant le TravelMate C1x0 series. Nombre d’éléments vont dans ce sens, de la molette inutile à l’épaisseur importante. C’est dommage ! Nous reviendrons au cours des 3 prochaines semaines sur cet article pour discuter au jour le jour des problèmes que nous pourrions rencontrer.
Les Plus:
  • Puissance
  • Ecran : angle de vision, luminosité
  • Lecteur optique intégré
  • Plusieurs systèmes batterie
  • Suite logicielle
  • Lecteur biométrique
  • 3 ports USB + Firewire
  • Bluetooth 2.0 EDR
Les Moins:
  • Trackpoint
  • Molette inutile
  • Pas de repose-main
  • Pas de protection de l’écran
  • Finition
  • Ecran XGA seulement

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com