Interview de la société Motion Computing – Mobile Office 2006

| 0 Commentaires

 Durant le Mobile Office 2006, le mercredi 6 décembre 2006, le directeur de Motion Computing France, Monsieur PRONIER,  a bien voulu passer une vingtaine de minutes avec nous pour parler de Motion Computing, de sa vision du marché du Tablet PC et de ses axes de travail dans les mois à venir.

Voici le transcript de cette interview !

 

 

 

ST: Bonjour M. Pronier.

MC: Bonjour M. Torres.

 

 

ST: Alors dites moi M. Pronier, Motion Computing est en pleine forme actuellement ?

MC: Motion  computing va bien. Nous en sommes actuellement dans notre troisième exercice en France. Nous avons commencé notre activité en France début 2004. Le mot d'ordre est le travail et tout se passe correctement sur le marché France et Europe!

 

 

ST: La Motion computing LE1600 a maintenant 18 mois d'existence sur le marché, la LS800 a quant à elle 16 mois d'existence. Connaissant la durée de vie commerciale des modèles de Tablet PC qui est de 18 mois environ arrivons nous en fin de vie du produit ?

MC: non, on ne peut pas dire cela. Nous avons décidé d'assurer une pérennité du matériel aux grands comptes qui nous ont fait confiance. Dans l'état actuel du marché, Microsoft Windows  Vista n'est pas encore sorti et c'est un élément clé du renouvellement du matériel. D'autre part nous avons décidé de mener  son matériel le plus loin possible parce que c'est un matériel très mâture et très en avance sur ses concurrents au moment ou on l'a lancé. Aujourd'hui pour les besoins du Tablet PC sur les applications métiers et les marchés verticaux, l'évolution du Code (2) Duo n'est pas forcément un moteur différentiateur, par contre l'ergonomie, le suivi d'une marque, le suivi d'un modèle, la pérénité au niveau des accessoires, tout ce qui a fait la force de Motion Computing sur les 3 dernières années sur les M1200, M1300, M1400, oui. Nous désirons recapitaliser sur cette succès story. On va donc supporter ce modèle encore quelques mois encore de manière à répondre à la demande soutenue, aussi bien en déploiement pour des projets ou bien en terme d'extention de parcs, ou parce que justement des entreprises nous découvrent à peine ;  et cela est valable aussi bien pour la LE1600 que pour la LS800.

 

 

 

ST: Vous avez deux modèles de Tablet PC, la LS800 dans un format A5 de 1kg et la LE1600 dans un format A4 de 1.5 kg. Pensez vous couvrir le marché du slate Tablet PC avec ces deux modèles ? Comment se positionne le Clinical Mobile Assistant dont vous avez annoncé des travaux conjointement avec Intel lors de l'IDF 2006 ?

MC: Le Clinical Mobile Assistant est une nouvelle plateforme que l'on attend, énormément et même en interne puisqu'on est tous sous embargo … je ne peux donc rien vous dévoiler aujourd'hui. Ce qui est sur c'est que l'échéance est pour 2007, même si nous n'avons pas de dates finalisées. Développer un produit sur un cahier des charges qui lui-même a pris plusieurs années de rédaction, cela prend du temps. Le principe est de proposer un produit le plus adapté et le plus polyvalent pour l'utilisation en hopital. Motion Computing a répondu présent à cet enjeu de développement puisque la Santé est notre premier marché. Nous avons une expérience certaine des besoins et nous sommes donc un développeur hardware sur les bases du cahier des charges soumis par Intel. A ce jour nous sommes les seuls à avoir répondu Oui à Intel et à y croire. Mais dans l'état actuel des choses nous ne pouvons pas en dire plus.

 

Forcément concernant notre gamme de Tablet PC actuels rien n'est remis en cause: le marché est là, la demande est là, et nous devons suivre les évolutions du marché. Un des axes de la société est de péréniser la gamme matérielle sur le même schéma d'évolution que la série M. Donc péréniser des accessoires et donc tout ce qui a été investit par des sociétés qui nous ont fait confiance.

 

 

 

 

ST: votre concurrent principal au niveau du slate, Fujitsu Siemens, a sorti la Stylistic ST5110 Series équipée d'un core Duo ULV. Vous ne vous sentez pas obligé de les suivre technologiquement ?

MC: non aujourd'hui, ce sont les focus group et les groupes d'utilisateurs donc les clients qui nous indiquent clairement la marche à suivre en terme d'évolution matérielle. Les travaux menés au sein de ces groupes nous indiquent que ce n'est pas encore une nécessité de passer à l'évolution matérielle du Core Duo sur le plan pur de la performance. L'évolution des processeurs poussera les gammes actuelles comme cela a toujours été le cas, on évoluera donc vers de nouveaux processeurs, vers de nouvelles plateformes, c'est indéniable. L'échéance n'est pas connue, et on ne va pas faire une annonce marketing car on n'aurait rien à délivrer dans les semaines qui suivent.

 

 

 

ST: Quand on regarde le marché des convertibles, qui est différent de celui des slates, on remarque une course à la puissance mais aussi à l'intégration de nouveaux outils de communication avec notamment la 3G mais aussi le 802.11n dans ses premiers « drafts ». Cette évolution sera t'elle un de vos axes de travail prioritaires sur vos nouvelles plateformes ?

MC: C'est effectivement une des pistes de réflexion; il faut voir que c'est plus difficile d'embarquer ce type de modules sur une tablette que sur un convertible du fait de l'encombrement, de la place, du nombre de composants, de l'impact sur la stabilité et la consommation électrique de la machine. Ensuite il faut voir l'intérêt de nos clients. C'est de toute façon une demande qui tend à se généraliser sur le marché.

 

 

 

 

ST: Vous êtes le concurrent numéro 1 pour FS alors que vous n'avez que du slate à votre catalogue. Qu'en pensez vous ?

MC: c'est flatteur et cela montre que la société a une bonne visibilité, malgré sa jeunesse. Le fait d'être présent en force au Mobile Office 2006 (18 machines sur plusieurs stands) prouve notre investissement aussi bien matériel que humain et sur le marché national et sur le marché Européen.

Notre part de marché mondial est de l'ordre de 28 % consolidé sur le Slate, c'est à dire que nous sommes leader sur ce créaneau. Cela nous laisse de fortes marges de progression puisque nous ne sommes pas encore véritablement présent en Asie et qu'il y a des marchés en Europe qui nous échappe car nous ne les avons pas encore adressés.

 

 

 

 

ST: Motion Computing est toujours axé sur les marchés verticaux, en sortant par exemple des produits à façon tel que le LE1600TS (Touch Screen), la LS800 qui a été considéré comme un OVNI à sa sortie. Que penser de l'Origami de Microsoft et de son ambivalence au niveau du marché?

MC: il faut dire aussi que ce produit (Le LS800) a pris du temps pour trouver sa place. Les marchés verticaux nécessitent un produit qui est servi par un applicatif . il a fallu travailler avec les éditeurs de manière à ce que des applicatifs puissent tirer partie du potentiel de la LS800. Aujourd'hui, cela commence vraiment à prendre forme et c'est un marché qui va être prometteur en 2007.

 

Pour Origami, je ne vous cacherai pas que nous sommes souvent en contact avec des clients qui essayent de voir si c'est une plateforme viable dans l'avenir pour leur entreprise. Je pense que c'est un concurrent à prendre au sérieux. Notre positionnement est néanmoins clair: nous ne sommes pas sur un marché de Type B to C (Business to Consumers) mais sur un marché B to B (Business to Business). Ce marché a plusieurs objectifs:

  1. Vertical Métiers Solutions: créer un écosystème autour de nos produits autant au niveau du matériel, des accessoires, mais aussi des logiciels et travailler avec des intégrateurs pour proposer des solutions.
  2. Assurer une pérénité sur nos produits et pouvoir assurer une gamme à plus de 18 mois de visibilité sans évolutions majeures en ayant une stabilité éprouvée dans les masters ; bien entendu, on est pas à l'abri d'une mise à niveau d'un Bios ou d'un drivers spécifique, mais sans changer ni les accessoires, ni les formats: cela reste une compétence d'un constructeur qui s'oriente B2B.
  3. La qualité des matériaux: nous ne mettons que du magnesium et de la fibre de carbone dans nos produits pour les rigidifier, passer sur des disques durs 1.8 pouces pour diminer l'encombrement et réduire la consommation énergétique donc avoir plus d'autonomie sur le terrain, avoir des capacités anti-reflets sur nos écrans… Tous ces points sont des élements différentiateurs qui nous amènent en réel décalage par rapport à un produit plus général, mais qui trouvera, j'en suis sur, son marché.

 

 

ST: je vous remercie de nous avoir éclairé sur le positionnement de Motion Computing

MC: Avec plaisir !

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com