L’utilisation d’un Tablet PC avec RitePen

| 0 Commentaires

Lors de l’achat de mon premier Tablet PC, une ardoise magique (LE 1600) en décembre 2005, s’est posé le problème d’avoir un logiciel de reconnaissance de l’écriture manuscrite efficace.

Le TIP fourni avec Windows XP dans le paramétrage standard s’est vite avéré limité. Non pas qu’il soit mauvais, mais parce qu’il était trop lent, trop contraignant dans l’espace et trop lourd à manipuler. Un bon paramétrage du TIP permet de résoudre une partie seulement de ces contraintes.

Il s’en est suivi une visite sur le Web francophone et international et la découverte de ritePen, édité par la société EverNote, comme une possibilité de pallier les défauts du TIP.

D’abord téléchargé pour un essai, ritePen fut rapidement acheté.

La lecture du guide de démarrage rapide, laissait entrevoir des possibilités non négligeables d’amélioration de la reconnaissance de l’écriture manuscrite. Non pas pour prendre des notes à la volée avec tout leur arsenal d’abréviation, mais pour rédiger des courriers technique ou des articles comme celui-ci, ou remplir des tableaux Excel préprogrammé et des fiches de contact d’Outlook.

Or après plusieurs essais de paramétrage il s’avéra que toutes les promesses devinées ou promises n’étaient pas au rendez-vous. Une lecture plus attentive du guide de démarrage rapide fort bien conçue par ailleurs, montrait quelques points obscurs. Car comme à l’accoutumé, le rédacteur du guide de démarrage rapide en anglais, n’était pas un littéraire et s’était exprimé dans un jargon informatique abscond, et tout cela dans un anglais grammaticalement approximatif et une logique plutôt typiquement américaine, mais toutefois bien meilleure que celle que nous propose de grands éditeurs de logiciels.

Il ne restait donc plus qu’une solution : la traduction…

Traduction de la notice.

Traduire c’est toujours trahir (Tradutore traitore, disent fort élégamment les italiens). Donc il faut tenter de faire mieux que l’original, pour espérer avoir un document utilisable. Généralement pour arriver à ce stade il faut opérer en 4 étapes. Dans le cas présent seulement 3 ont été accomplies.

1ère Etape : la moulinette SYSTRAN qui permet de traduire en gros, mais en gardant la mise en page et les styles du document initial sans effort. Mais pour un charabia en anglais vous obtiendrez toujours un charabia en français. Et souvent un bon texte anglais vous donnera une traduction française décalée, car ce logiciel ne fait pas de différence entre la technique et la littérature, sans un paramétrage délicat.

2ème Etape : la remise en français du texte, en restant aussi littéral que possible pour ne pas oublier des détails fonctionnels. Puis, il faut faire le choix des traductions des expressions idiomatiques littéraires ou techniques (par exemple : j’ai traduit « WordMenu » littéralement le menu des mots par « fenêtre de correction des mots » qui me semble plus fonctionnelle et plus proche de la réalité) et réintroduire de l’anglais pour repérer plus facilement les titres et les options des différentes boites de dialogue du logiciel afin que les non anglophones et mêmes les anglophones confirmés puissent s’y retrouver.

3ème Etape : L’expérimentation de chaque fonction décrite dans le logiciel, ce qui oblige parfois la reprise complète de la traduction littérale faite précédemment. Cette opération de déverminage de la traduction et des fonctionnalités du logiciel est de loin la plus longue.
Elle permet d’annoter les fonctionnalités décrites fonctionnant ou ne fonctionnant pas avec le système d’exploitation utilisé, de compléter les techniques de réglage du logiciel, éventuellement de découvrir des fonctionnalités non décrites et surtout d’expérimenter les faiblesses et les bugs du logiciel.

4ème Etape (non réalisée) La réécriture de la notice avec une logique descendante, cartésienne comme nous en avons l’habitude. Par exemple, il faudrait élaguer « A quoi sert ritePen » et « Comment fonctionne ritePen » pour avoir dans l’introduction une vue d’ensemble du logiciel, puis compléter chaque chapitre en détail.

 

 

Utilisation de ritePen

Si les résultats immédiats sont globalement bons, le paramétrage du logiciel est peu évident avec une ardoise pour laquelle le type de clavier utilisé n’était pas affiché. A ce stade si les mots manuscrits sont reconnus à plus de 95 %, la liste des mots de substitution est farfelue et comprend des mots étrangers. Cela se produit aussi bien en français qu’en anglais et en cas de difficulté de reconnaissance, la correction est trop longue et il est souvent plus facile mais toujours exaspérant de réécrire le mot incorrect. A défaut d’être un calligraphe (la science des ânes disait mon grand-père) écrivez gros avec une pointe fine.

La première étape de la configuration consiste donc d’implanter le clavier FR pour le français et EN pour l’anglais dans la barre d’état de Windows etc…
Mais il n’ya pas, à l’évidence, d’amélioration notable dans les listes de substitution. De plus il est impossible de sélectionner spécifiquement l’un des moteurs de reconnaissances installés avec l’application ritePen qui restent tous en grisés, comme d’ailleurs l’activation de la fusion des moteurs de reconnaissance avec ceux de Windows XP pour l’anglais (Ce n’est peut être pas vrai avec Windows XP édition Tablet PC en version US).

La frustration à ce stade est d’autant plus grande que les exemples du guide de démarrage rapide avec « HELLO WOLD ! » laissaient espérer des listes de substitutions bien meilleures.

Or en fouillant dans la boite de dialogue du paramétrage de ritePen sous l’onglet « Dictionnaire », où aucun dictionnaire utilisateur n’était présélectionné lors de la mise en œuvre initiale du logiciel et après avoir introduit quelques mots techniques spécifiques dans le dictionnaire utilisateur français la reconnaissance globale des mots s’est immédiatement améliorée. Tout en sélectionnant le clavier FR, et en gardant le dictionnaire utilisateur français actif, les nouveaux mots introduit dans le dictionnaire utilisateur sont facilement reconnus mais également tous les mots courants en français. Mais surtout les listes de substitution deviennent beaucoup plus pertinentes et ne comprennent plus que des mots français.

En utilisant la même technique avec l’anglais, clavier EN et dictionnaire utilisateur anglais, Hello world reprend alors les mêmes listes de substitutions que l’exemple du guide.

Ce détail d’importance n’est écrit nulle part dans le guide de démarrage rapide, ni ailleurs semble-t-il. Pourtant il améliore notablement le confort d’utilisation de ce logiciel.

D’autres petites anomalies sont également décelables dans ce logiciel :

  • Pour utiliser les gestes conventionnels « couper » et « copier » il faut avoir préalablement sélectionner le texte et non pas faire le geste conventionnel directement sur le texte que l’on veut couper ou copier.
  • Il faut faire attention du ne pas avoir appuyé sur la touche « Verrouillage Majuscule » du clavier virtuel avant d’utiliser ritePen. Cela provoque de belles surprises avec le carreau de ponctuation ou avec le texte reconnu (lorsque votre « 2 » reconnu devient un « é » dans le logiciel cible etc…).
  • La fenêtre de correction des mots ne peut être rappelée facilement avec la dernière séquence de reconnaissance que si elle n’est pas fixée par la punaise, donc lorsqu’elle disparait lentement de l’écran.

Il n’y a pas un mot dans le guide décrivant ces particularités.

En dernier lieu, le seul bug rencontré c’est produit lorsque j’ai voulu utiliser le logiciel de croquis Corel GRAFIGO (en démo seulement). A ce moment j’ai observé des arrêts intempestifs du logiciel, mais ce bug avait déjà été repéré sur des sites WEB américains avec une action corrective que je n’ai pas retrouvée. Par contre la désinstallation de GRAFIGO n’a pas suffit pour éliminer le problème. Seule l’installation de la dernière version de ritePen a permis de résoudre ces arrêts intempestifs.

 

 

 

 

Conclusion provisoire

Bien paramétré, l’utilisation de ritePen est agréable et l’avantage décisif de ce petit logiciel d’un prix abordable c’est de pouvoir écrire n’importe où sur l’écran de votre Tablet PC donc a un endroit dégagé ne masquant pas ce que vous êtes en train de faire et d’utiliser sans problème toutes les applications d’Office (2003), Word, Excel, Access, Outlook pour remplir les fiches de contacts et les mails et même Visio et Powerpoint. Mais ce n’est pas un logiciel permettant la prise de note à la volée. Il faut réserver ce travail aux applications Journal ou OneNote.

 

Télécharger le guide de prise en main rapide de RitePen, traduit en Français

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com