Le Tablet PC 5 ans après: la fin ou le début d’une époque ?

| 0 Commentaires

Le Tablet PC, marque détenue par Microsoft, constitue un effort important en termes de Recherches et Développements pour intégrer la gestion du stylo et de l’écriture au sein de la plateforme Windows. Patiemment incubée au sein de Microsoft Research Cambridge (on parle de recherches ayant mobilisé des ingéneirus durant une vingtaine d’année), les composants Tablet PC permettent d’interagir avec l’intégralité du système et des applications correctement développées avec le stylet et donc d’écrire au sein même des applications. Outre cette gestion du stylet, il faut voir le composant de l’encre numérique comme un effort particulier dans la compréhension de l’écriture manuscrite, sa conservation en termes de tracés dans les applications et son interprétation en temps réel pour une meilleure interaction et interprétation.

C’est le 7 Novembre 2002 que Bill GATES en personne a dévoilé Microsoft WIndows XP tablet PC Edition, première version de Windows éminament reconnue pour un tel usage et spécifiquement adaptée pour.
Nous vous proposons, 5 ans après, un petit point sur l’origine et le devenir du Tablet PC pour essayer de se poser quelques questions quant au futur de ce concept.

 

 

Acte 1 : Tablet PC v1.0 : poser les bases de l’écriture manuscrite

Lors du lancement de Tablet PC, le 7 Novembre 2002, Bill GATES est assez fier de voir concrétiser un des projets qui lui tiens le plus à cœur et qu’il va protéger, contre vents et marées par la suite. Pour lui, l’intégration d’une gestion de Windows à l’aide d’un stylet est terriblement porteuse, à tel point que Windows, depuis sa version 3.0, dispose de versions spécifiques contenant des "Pen Services". Cette fois-ci la R&D est importante et l’idée est d’utiliser la plateforme professionnelle de Windows XP Pro SP1 pour intégrer sous forme de sur-ensemble, une gestion de l’encre électronique au sein même du système et des applications pouvant les utiliser. Pour se faire ce ne sont pas moins de 20 ans de R&D essentiellement réalisés au Centre Microsoft Research de Cambridge qui seront utilisées pour concevoir l’API Tablet PC et la façon dont le système utilise algorithmes et intégration stylet / écran / système pour convertir un tracé en texte manuscrit puis dactylographié.
Présentée en 2000 par Bill GATES au CES de Las Vegas, un prototype fait alors fureur voire même stupeur : le Tablet PC est alors symbolisé par l’archétype du concept : une vrai tablette.
Pour le lancement de Novembre 2002, de cette version 1.0, Windows XP Tablet PC Edition est supporté par une liste d’ODM biens spécifiques, presque triés sur le volet, et conscient de l’enjeu du système, qui pourrait, selon les analystes, devenir la plateforme prépondérante de la microinformatique mobile en 2007. On y retrouve entre autre :
          HP Compaq
          Fujitsu Siemens
          Toshiba
          Viewsonic
          Motion Computing
          NEC
          Xplore Technologies
          PaceBlade (tulip)
          Electrovaya (Tatung)
          ACER
Outre l’effort important de leur coté pour promouvoir et proposer du matériel, ce sont bien les analyses de Gartner qui les amène à imaginer une « énorme » rentabilité sur plusieurs années. Avec plus de 30 % de parts de marché sur les ordinateurs portables en 2007 prévu par Gartner, l’investissement sembalit judicieux
La première approche de Microsoft, qui peut être témoigne de cette première version « imparfaite », est que le système Tablet PC n’est pas disponible en OEM, seulement en ODM et la liste des recommandations techniques matérielles de Tablet PC est assez « frustre » mais elle est  assortie d’une certification des machines:
·         Utiliser obligatoirement un digitaliseur actif (c’est à dire électromagnétique) plutôt qu’une dalle tactile, avec un support de 133 balayages / seconde, au minimum de la position du stylet pour améliorer son lissage et la restitution du tracé manuscrit.
·         Le BIOS doit être “legacy-free” c’est à dire ne pas prendre en charge ni les ports Séries, ni les ports parallèles ou PS2 
·         La rotation de l’écran (son changement d’orientation) doit se faire sans redémarrer la tablette et potentiellement être accessible via un bouton matériel
·         La fonction résume doit permettre d’arriver sur un matériel et un système fonctionnel en 2 secondes
·         Le produit doit pouvoir supporter une mise en veille de plus de 72 heures (batterie pleine au début)
·         Mise en hibernation automatique lors d’alertes batteries
·         Supporter la désinsertion à chaud d’un dock, ainsi que la réinsertion
·         Disposer obligatoirement d’un bouton matériel nommé "Sécurité Windows" simulant le CTRL-ALT-SUPPR, notamment en l’absence de clavier physique
Cette certification permet d’apposer en sortie des laboratoires de certification de Microsoft le Logo « Designed for Windows XP Tablet PC »
Le SDK Tablet PC, alors disponible en version 1.0, donne une première approche pour l’optimisation des applications développées spécifiquement. Il utilise avec force l’Api Tablet PC au travers de .NET et du Framework en version 1.0 , langage de programmation qui devient alors la porte d’entrée à une utilisation facilité des composants Tablet PC. Une abondante littérature est alors produite à destination des développeurs, notamment sur le site MSDN.
 Néanmoins, cette première génération de Tablette déçoit tout en restant encourageante. En Septembre 2003, 7 utilisateurs « Early Adopter » témoignent sur TabletPC’Corner de leur utilisation du Tablet PC : http://www.tabletpccorner.net/content/view/2087/31/
 

Acte 2 : Tablet PC v2.0 : prendre en compte les remarques

En Aout 2004, Microsoft publie le Service pack 2 pour Windows XP qui inclut les composants Tablet PC revus: le sous ensemble Tablet PC en cours de refonte avait alors pour nom de code LoneStar et pesait lors des premières versions alpha, seulement une dizaine de Megaoctets. Voir l’article: http://www.tabletpccorner.net/content/view/2095/31/ et http://www.tabletpccorner.net/content/view/2100/31/
Par Lonestar, Microsoft propose, suite au retour d’utilisateurs et des entreprises, une nouvelle interface facilitant l’usage de l’encre électronique au sein du système avec un panneau de saisie flottant, ainsi qu’un nouveau SDK, en version 1.5. Cette évolution majeure, prête bien avant le SP2, a été finalement déployée avec le SP2 pour rendre quasiment obligatoire son installation et prouver, aux acheteurs de la première heure, que leurs machines disposeraient des évolutions demandées sans avoir à débourser le moindre centime supplémentaire. En effet l’achat d’un Tablet PC qu’il soit convertible ou tablette pure est largement plus couteux qu’une machine de puissance identique, ceci étant lié au cout de la licence Wacom (dalle électromagnétique), mais aussi au cout de la licence du système, différente et plus élevée que Windows XP Professionnel.
De concert avec les modifications introduites avec Lonestar, aussi nommé Tablet PC 2005, les spécifications et la certification Tablet PC s’allège … et l’APi se renforce avec le déploiement du composant .NET v1.1 dans le SP2. de nombreuses classes en .NET facilitent le développement d’applications Tablet PC : Visual Studio 2005 n’est pas très loin et proposera des assistants spécifiques de développement d’applications à déployer sur des machines Tablet PC.
Néanmoins 2 ans après la publication du système Tablet PC, les ventes sont largement en deçà des prévisions, aussi bien aux Etats Unis qu’en Europe et encore plus en Asie. Le marketing mal ciblé mais surtout le prix des machines prohibitif cantonne les premières ventes aux projets verticaux spécifiques, générant certes un peu de volume, mais largement moins que les prévisions d’autant plus que la vente des ordinateurs portables suit une croissance incroyable. Si les ventes de Tablet PC suit la même inflexion, ils ne représente tout au plus qu’1% des ventes globales.
 Au-delà du problème de positionnement du concept sur plusieurs marchés, l’offre n’est pas pléthorique (il manque de grands noms comme IBM ou Dell), et les prix trop élevés. On attend des signes des constructeurs pour essayer de relancer un marché moribond
 

Acte3 : la préparation de l’avenir de Tablet PC à la PDC de Septembre 2005

De langue date, Microsoft investiguait plusieurs pistes pour promouvoir le Tablet PC et surtout essayer d’adresser plusieurs marchés autres que celui de l’entreprise. Pour réussir une implémentation du concept, il va engager une réforme de l’approche machine en ne privilégiant non pas la plateforme, mais le concept : les technologies tactiles et l’encre numérique sont des inflexions et un but et non pas un moyen pour vendre du matériel ( http://www.tabletpccorner.net/content/view/1723/27/ )
Cette tendance, initiée en interne dans un groupe projet chez Microsoft prendra réellement forme lors de la PDC 2005 (Professionnel Developpeur Conference 2005). Lors de cette grande messe des développeurs sur la plateforme Windows, l’éditeur américain met à jour les spécifications d’attribution de la licence Tablet PC d’une part avec:
  • L‘abandon de l’exclusivité de l’écran électromagnétique  et la possibilité d’utiliser des écrans tactiles (malgré le risque de réduction de la qualité de la numérisation du tracé)
  • L’abandon des règles liées à la gestion de l’énergie, maintenant correctement implémentées avec le support de l’ACPI
  • Et d’autre part les règles d’utilisation du système et son prix OEM car …
  • Dorénavant, le système n’est pas accessible qu’aux ODM (fabriquants spécifiques de matériel Tablet PC), mais aussi en OEM.
  • Le prix du système Tablet PC rejoins le prix de la licence OEM de Windows XP Professionnel ne rajoutant pas de surcout au support de cette version spécifique
  • Néanmoins Microsoft Windows XP Tablet PC 2005, reste toujours une version spécifique du système XP Pro original comme l’est la version Media Center Edition.
A postériori, on imagine bien les raisons de ce revirement de politique de Microsoft:
  •     Préparer l’arrivée prochaine (6 mois plus tard – CeBIT2006) du concept Origami, nouveau device ultraportable utilisant spécifiquement XP Tablet PC 2005 avec un écran exclusivement tactile
  • Multiplier l’offre de matériel supportant l’encre électronique de Windows
  •  Réduire la complexité de certification du matériel, complexe et couteuse, et apparemment pas nécessaire à la vue du potentiel marché et de sa réaction depuis 3 ans (marché de niche / vertical ou les applications utilisées sont optimisées)
  • Préparre l’arrivée de Windows Vista ( http://www.tabletpccorner.net/content/view/1757/27/ )
 
D’un point de vue marketing outre l’effort substantiel pour améliorer l’offre et les ventes du matériel Tablet PC, assez faibles (environ  1,5% des plateformes notebook vendues), il faut aussi voir un futur positionnement de Windows Vista dans le support natif des deux interfaces tactiles (électromagnétiques et tactiles), et la déclinaison marketing de l’offre Windows Vista dans le support de l’encre numérique (au moins une plateforme grand public intègrera le support des fonctions Tablet PC, au lieu d’aucune pour XP)
Pour améliorer le développement applicatif, le SDK en version 1.7 et quelques améliorations sont introduites, Notamment une nouvelle API d’analyse de l’écriture manuscrite offrant plus de possibilités dans les contextes de la reconnaissance et sa personnalisation. De nombreux articles sont disponibles sur le MSDN, offrant des exemples gracieusement offerts, utilisant abondamment le langage C# et le framework .NET 2.0.
Coté matériel, c’est l’arrivée d’IBM enfin de Lenovo qui a racheté la division PC d’IBM avec son Thinkpad x41 qui marque une grosse inflexion au matériel du marché: en définissant un Thinkpad Tablet PC, Lenovo mets un grand coup de pieds dans la fourmillière et rajoute un concurrent de poids … avec lequel il faudra compter: une majorité de journalistes nomment le Thinkpad x41 Tablet PC convertible de l’année 2005.
Chose plus inquiétante, le ratio Convertible tablette se stabilisé à 70 / 30 et proclame le convertible comme la solution la plus péreine dans le temps pour une évolution avec le Tablet PC. En fait plusieurs marchés s’entrecroisent dans cette vision et globalement il faut retenir:
  • Que les marchés verticaux initiés avec uen spécificité de travail bien particulière et des procces de saisie en stature debout et avec des formulaires, optent majoritairement pour des plateformes Slate
  • Que le convertible s’accapre des marchés moins spécifiques et plus globaux, d’autant plus que matériellement ces plateformes se rapprochent de la gestion de grands parcs non spécifiques et que la fonction tablette est un plus, mais le Tablet PC convertible reste avant tout …. un portable !
De son coté, chez Microsoft, l’équipe en charge du développement de Tablet PC, La Tablet PC team, est refondue pour devenir la « Mobile and Tailored PC Division» au cours de l’année 2006. Tablet PC s’inscrit dans un mouvement plus vaste de prise en compte des besoins de la mobilité et anticiper les évolutions des plateformes mobiles.
La plateforme Origami, promue par Microsoft, et plus vaste avec les UMPC ou UltraMobile PC (Origami étant une préconisation matérielle de Microsoft pour pouvoir utiliser le système Windows Tablet PC 2005 et le Microsoft Touch Pack) donne des pistes quand au potentiel d’une informatique mobile et ultraportable, dont les design et l’usage dépasse la traditionnelle micro-informatique. Présentées lors du CeBIT 2006 et confirmée au CeBit2007 et au CES2007, l’UMPC et l’Origami fait la part belle à l’informatique dans la poche, dépassant la notion de PDA / Smartphone, et offrant toute la puissance du PC (avec un OS Microsoft ou linux) dans un outil de 500 à 800 grammes, permettant de transporter sa vie numérique.
Spécifications de Origami v1 :
  •  Ecran tactile en WVGA 7 pouces
  • Wifi / BT
  • 512 Mo de RAM
  • Un CPU ULV
  • 2 ports USB
  • Ethernet
  • Un disque dur de 30 Go
  • Au moins 3 heures d’autonomies.

 

4 ans après la publication du système, en Septembre 2006, un groupe d’utilisateurs français, un peu plus conséquent que pour le premier article, nous livre quelques témoignages interessants sur leur utilisation de la tablette: http://www.tabletpccorner.net/content/view/2339/31/

On y note une prise de conscience des faiblesses de l’otuil et une adaptation à certaines problématiques bien précises.

 

Acte 4 – Le Tablet PC: intégré  à Windows Vista pour mieux "survivre" – janvier 2007

Avec Windows Vista, Microsoft introduit le support natif des écrans tactiles et électromagnétiques en proposant des interfaces de gestion utilisateur différentes et activées par la détection matérielle du composant; Par ailleurs Windows Vista se présente comme un système modulaire ou à tiroirs: les composants Tablet PC sont intégrés nativement au système mais activables seulement si le niveau d’offre du système est suffisant. Ainsi les conditions de certification du matériel Tablet PC disparaissent au profit de composants nativement intégrés dans le système et tenant compte du hardware installé (écran tactile et/ou électromagnétique) permettant d’activer la gestion de l’encre numérique dans le système. L’encre électronique et les fonctions Tablet PC sont donc accessibles à toutes les versions de Windows Vista  pour l’entreprise (Pro / Business / entreprise / Ultimate ou intégrale) et à la version Premium familiale ou Home premium de la branche grand public de Windows Vista)
Microsoft Windows Vista: les fonctions Tablet PC – http://www.tabletpccorner.net/content/view/2721/31/
Globalement Windows Vista offre encore des améliorations dans le support de l’écriture manuscrite en éliminant certaines latences dans le tracé manuscrit  ainsi que de la souplesse dans l’usage du panneau de saisie. Le stylet devient un périphérique d’interaction à part entière avec le support des mouvements du stylet ou « Gestures » aussi nommé Pen Flicks. L’intégration native des composants, activables ou non, permet à toute une frange de matériel d’accéder à la gestion de l’encre électronique (UMPC à écran tactiles hors Origami par exemple), mais aussi à plus de variabilité dans les concepts matériels pouvant les utiliser … Origami avec ses spécifications revues (écrans 7 pouces en 1024×600 Support de la 3G+ et du Wifin)  se positionne comme un hub numérique pertinent pour tout en chacun et globalement mieux dédié au marché du loisir (même si les déclinaisons professionnelles sont bien évidemment possibles). Cette révision des spécifications, qui sont plutôt des lignes de conduites que des obligations, s’accompagne d’un vaste mouvement vers la production de CPU à très faible consommation d’énergie dérivé des pentium M ULV Dothan, dont le Intel A100 et A110 (classe x86 à 600 et 800 Mhz offrant une autonomie de plus de 4 heures)
Microsoft Windows Vista et ses fonctions mobiles :  http://www.tabletpccorner.net/content/view/2800/31/ 
La classe .NET Inkcanvas et  le Framework  .NET v3.0 ouvrent le support de l’encre manuscrite dans de nombreux contextes comme le web 2.0, la vidéo, etc. etc. … Windows Présentation Foundation 1.0 (WPF) offre alors des contextes d’utilisation de l’encre manuscrite et des technologies tactiles dans de nombreux autres contextes, marquant l’inflexion de Microsoft dans ces technologies en temps que composant en lieu et place d’un système identifié.
 

Acte 5 – l’avenir du Tablet PC passera par celui de l’encre numérique et des interfaces tactiles

 
Signe du temps, avec l’intégration des composants Tablet PC dans Windows Vista, Microsoft ne fait plus la promotion active du Tablet PC comme d’une plateforme identifiée et d’un matériel spécifique, mais bel et bien d’un ensemble de composants « gestion des interfaces tactiles et de l’encre numérique ». L’utilisation de ces composants devra se multiplier et servir de base de travail pour autant de concepts qui pourront les mettre en œuvre. Le projet Microsoft Surface (http://www.microsoft.com/surface/ ) en est un exemple tout comme l’intégration d’une partie de l’API de Tablet PC à l’intérieur de Windows Mobile pour supporter la gestion de l’encre numérique, telle que définie par Tablet PC.
Pour preuve la récente accessibilité du site http://www.tabletpc.com qui pointait sur un sous-site de Microsoft spécifiquement dédié au Tablet PC et qui maintenant pointe sur la page générique de Windows XP (difficile de retrouver les Powertoys Tablet PC de Microsoft en l’état)
Le Tablet PC ne correspond plus maintenant à un concept identifié de machines avec un système, mais à un ensemble de composants pouvant gérer l’écriture au sein de Windows, quelque que soit sa version, et quelque soit les modalités matérielles du système permettant son usage. Le travail marketing de Microsoft, pour expliquer les spécificités des composants de Windows Vista devrait débuter au cours de l’année 2008, après avoir fait un focus sur les avantages globaux du système (performance, sécurité, protection des données, …)
Reste le marché de niche qui perdure, par les besoins des applications verticales, et la vente de ces machines un peu spéciales, toujours identifiées comme des Tablet PC, et toujours en forte croissance, ou tout du moins, suivant a croissance organique de la vente des ordinateurs portables.
Si le marché actuel est toujours tiré par les projets verticaux, on sens une nette progression des ventes de ces machines, tout du moins en Amérique du nord, sur les marchés de l’éducation ou les technologies tactiles et de l’encre numérique sont ressenties comme des éléments majeurs dans les processus pédagogiques.
 Le discours des spécificités qui a accompagné la majorité des constructeurs et notamment les producteurs de tablettes pures, risque de devenir complexe et de faire reposer le soutient du marché et la connaissance d’un outil de productivité sur une approche marketing complexe, ou Microsoft aura beaucoup de travail pour défaire ce qu’il a mis de nombreuses années à construire. Néanmoins la progression dans le support et l’amélioration des composants liés à l’encre numérique est toujours d’actualité, et mobilise une équipe spécifique chez Microsoft qui intègre toujours et encore les éléments de recherches travaillés au sein de Microsoft Reseach Cambridge (Inkseine : http://www.patrickbaudisch.com/projects/inkseine/index.html )
Le Surface Computing est une des sources d’amélioration des IHM et sa mise en oeuvre reste parralèlle aux travaux sur l’encre numérique. tandis que nous verrons toujours des essais (réussis ou non comme le DualCor cPc)
 
 

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com