AMD lance la plateforme Puma pour contrer le Intel centrino 2

| 0 Commentaires

AMD lève officiellement le voile sur Puma, sa première plateforme destinée aux ordinateurs portables, qui réunit un processeur AMD Turion X2 Ultra, double coeur, un chipset maison, le 780G décliné en version mobile, et un contrôleur graphique intégré de classe DirectX 10, le Radeon 3200, hérité des cartes de la série des Radeon HD2400.

L’architecture K10 utilisée avec le Phenom n’a pas encore été déclinée sur le segment des processeurs mobiles, et le Griffin, nom de code de la famille de processeurs destiné à Puma, se révèle en fait un simple Turion X2 amélioré, gravé en 65 nanomètres : la quantité de mémoire cache passe à 2 Mo, et certaines optimisations énergétiques ont été introduites, à commencer par la possibilité de contrôler de façon indépendante l’alimentation des différents coeurs de la puce mais également celle du contrôleur mémoire intégré, de façon à ajuster la consommation électrique aux besoins réels en termes de performances.

Egalement de la partie : le lien HyperTransport 3.0, qui là encore voit sa tension régulée automatiquement, jusqu’à complète désactivation si son utilisation n’est pas requise par le système. Griffin profite également de l’introduction de nouveaux états de veille, plus profonds et donc plus économiques sur le plan énergétique, et se voit composé à plus de 50% de transistors HighVt, qui permettent de réduire considérablement les fuites d’électrons.

La version mobile du chipset 780G devrait offre quant à elle une finesse de gravure de 55 nanomètres. Produite par TSMC, la puce présente une surface de 21 x 21 mm, au format FCBGA, et fonctionne sur une tension d’alimentation de 1 à 1,1 V. Selon AMD, son TDP (enveloppe thermique) serait d’une dizaine de Watts, équivalent à celui du M690. HyperFlash, la réponse d’AMD à l’Intel Turbo Memory, n’a pas encore été implémentée. AMD associe ce norhtbridge au southbridge SB700, dont l’actuelle version est capable de gérer jusqu’à 14 ports USB 2.0 et six ports SATA II.

Contrairement à Intel, qui intègre ses propres contrôleurs réseau sans fil au label Centrino, AMD a choisi de se reposer sur des fabricants dont c’est la vocation première, tels que Broadcom ou Atheros, un choix que le fondeur justifie comme la volonté de laisser les assembleurs choisir les puces et technologies qui leur paraissent les plus séduisantes sur le marché, sans les tenir enfermés dans un carcan. Avantage : certains spécialistes du réseau sans fil fournissent à l’heure actuelle des composants dont les caractéristiques sont supérieures à celles du contrôleur WiFi 802.11n d’Intel.

Le contrôleur graphique intégré au northbridge 780G est donc une puce de classe DirectX 10 (et non 10.1), le Radeon 3200, héritier direct de la Radeon HD2400. Cadencé à 500 MHz, il compte 40 processeurs de flux, et offre selon AMD des performances trois fois supérieures à celles du GMA X3100 d’Intel. La puce embarque les technologies UVD et AVIVO, de façon à décharger le processeur lors du traitement de flux vidéo haute définition, et offre une compatibilité immédiate avec les technologies HDMI ou DisplayPort. C’est aux fabricants de portables qui reviendra donc le choix de déterminer quel format de sortie vidéo utiliser.

AMD semble être parvenu à élaborer une véritable plateforme, pensée de façon harmonieuse et clairement orientée vers l’économie d’énergie, ce qui ne peut que se révéler bénéfique en termes d’autonomie. La plateforme Puma dispose en outre d’atouts certains, avec un chipset éprouvé et un contrôleur graphique qui, s’il ne rivalisera jamais avec une carte graphique dédiée sur le plan des performances, devrait tout de même offrir un gain sensible par rapport au GMA X3100

Le premier représentant chez HP équipé de cette nouvelle plateforme est le HP tx2500 Series, successeur des tx2000 Series (à suivre …)

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com